MONTRÉAL – L’Association des Amputés de guerre veut mettre la population en garde contre les risques associés à une tâche aussi banale que la tonte du gazon.

Le directeur du programme Les Vainqueurs, qui contribue financièrement à l’achat de membres artificiels depuis maintenant 40 ans, peut parler de ces dangersen toute connaissance de cause.

Alors qu’il avait à peine quatre ans, Louis Bourassa a, en effet, perdu une jambe après avoir été victime d’un accident avec une tondeuse.

Il a tiré une leçon de cette expérience traumatisante.

En entrevue à La Presse Canadienne, il a résumé cet enseignement en quelques phrases.

«Une tondeuse ce n’est pas un jouet. C’est fait pour couper le gazon. Les jeunes doivent rester loin de ça», a soutenu M. Bourassa avec conviction.

Il a également mentionné que les parents doivent résister à une impulsion potentiellement dangereuse.

«C’est tellement tentant de dire à son enfant:  »viens, je vais te prendre avec moi. On va tondre le gazon ensemble » mais, en quelques secondes d’inattention, le jeune est capable de descendre du tracteur sans demander la permission […]. Ça peut causer des amputations qu’on aurait pu éviter», a-t-il observé.

Louis Bourassa a servi une autre mise en garde aux adultes.

«Même si on coupe le gazon avec une petite tondeuse ordinaire, les débris qui en sortent peuvent facilement causer des blessures à des enfants qui sont aux alentours […]. Cette machine-là ça peut faire mal et couper des membres», a-t-il expliqué.

Il a ajouté que son drame personnel n’était malheureusement pas un phénomène isolé.

«Il y a plusieurs accidents qui arrivent année après année», a-t-il déploré.

D’ailleurs, l’Association des Amputés de guerre multipliera les initiatives durant la période estivale afin d’essayer de renverser la vapeur.

Pour ne citer que deux exemples, l’organisation offrira des présentations de sensibilisation dans des camps de jour en plus de diffuser des messages de prévention en ligne.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!