collaboration spéciale François Bugingo

MONTRÉAL – Le journaliste François Bugingo a publié un long message sur Facebook, vendredi, admettant des «erreurs de jugement», tout en disant qu’elles ne devraient pas, selon lui, «effacer tout le reste» de sa carrière.

M. Bugingo, dont la crédibilité a été fortement mise en cause dans une enquête du quotidien La Presse, avait déjà annoncé qu’il se retirait momentanément de l’espace public.

Dans ce message intitulé «Toute une carrière pour des erreurs de jugement?», il reconnaît avoir «romancé une histoire vue sur Internet de l’exécution d’un ex-bourreau à Misrata», ou encore s’être «approprié une histoire apprise sur Sarajevo».

«Ce sont des entorses au code du métier qui ne m’honorent pas. Je les regrette profondément. Je m’en excuse sincèrement auprès des collègues, du public et de mes amis. J’accepte la réprobation de la profession face aux gestes que j’admets, j’en tire les conséquences», écrit-il, ajoutant s’engager à rendre à la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) la carte de presse qui lui avait été accordée.

Dans ce reportage du quotidien montréalais attaquant fortement la crédibilité du journaliste, des témoins mettent en doute la véracité des informations rapportées par M. Bugingo à différents moments de sa carrière.

Soutenant encore avoir fait les frais d’un «lynchage médiatique», le journaliste et chroniqueur spécialisé dans l’information internationale a dit, vendredi, avoir attendu une «fenêtre d’apaisement avant de faire entendre (sa) voix».

«Je vais prendre un long recul pour réfléchir à mon futur. J’ai exercé la profession de travailleur de l’information avec passion, enthousiasme, générosité et ouverture. (…) Qu’importe le chapeau que je porterai demain, je ne vous dis pas adieu, mais bien au revoir», conclut-il.

M. Bugingo tenait une chronique quotidienne sur les affaires internationales au 98,5 FM, en plus d’alimenter un blogue et une chronique au Journal de Montréal. Le journaliste intervenait aussi sur les ondes de TVA. Il avait également travaillé à Télé-Québec et à Radio-Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!