OTTAWA – L’ancien ministre conservateur Gary Lunn est à la barre des témoins dans le procès de Mike Duffy, pour faire la lumière sur un voyage du sénateur suspendu sur la côte Ouest payé par les fonds publics.

M. Lunn, défait en 2011 par la chef du Parti vert, Elizabeth May, dans une circonscription de la Colombie-Britannique, a témoigné vendredi à propos d’un événement auquel M. Duffy devait assister, il y a six ans, à la Fête du Travail.

Selon l’ancien ministre, M. Duffy devait assister à la foire Saanich, un événement annuel qui attire plus de 60 000 personnes, mais il ne s’est pas présenté. M. Lunn a précisé que les plans de M. Duffy étaient informels.

Durant le contre-interrogatoire, l’avocat de la défense, Donald Bayne, a demandé à M. Lunn pourquoi M. Duffy ne s’était pas présenté à la foire.

Le tribunal a entendu que l’association conservatrice locale ne voulait pas payer la note pour la présence du sénateur et qu’elle avait décidé d’annuler son apparition, mais on ignore à quel moment cela s’est produit.

La Couronne prétend que Mike Duffy a utilisé l’argent des contribuables pour se rendre à Vancouver pour une réunion familiale.

Le sénateur suspendu a plaidé non coupable à 31 chefs d’accusation de fraude, d’abus de confiance et de corruption en lien avec ses dépenses d’hébergement et de déplacement.

Le vérificateur général, Michael Ferguson, s’apprête à rendre public son rapport sur les dépenses de la chambre haute. Selon ce qu’a appris La Presse Canadienne, il recommande que les dossiers de neuf sénateurs — deux toujours en poste et sept à la retraite — soient référés à la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, un défenseur des droits des victimes nommé par Stephen Harper en 2010, a annoncé jeudi qu’il siégerait comme indépendant au Sénat après avoir confirmé qu’il fait l’objet d’une enquête policière.

L’autre sénateur en poste sur la liste de la GRC, Colin Kenny, fêtera son 31e anniversaire comme membre de la chambre haute à la fin juin. Il a été nommé par le premier ministre Pierre Elliott Trudeau en 1984.

Vendredi matin, Me Bayne a affirmé qu’il était trop tôt pour dire si les informations contenues dans le rapport du vérificateur général sur les dépenses des sénateurs auraient des répercussions sur le dossier de son client.

Le rapport signale aussi les dépenses de trois importants sénateurs: le leader du gouvernement au Sénat Claude Carignan, le président du Sénat Leo Housakos, et le leader de l’opposition James Cowan. Tous trois auraient joué un rôle important dans une nouvelle procédure d’arbitrage offerte aux sénateurs dont les dépenses soulèvent des questions.

L’avocat de Mike Duffy estime qu’il est «absolument» injuste que son client n’ait pas eu droit à cette nouvelle procédure.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!