Sean Kilpatrick/The Canadian Press Michael Ferguson

OTTAWA – Les dépenses au Sénat sont dépourvues de surveillance et d’imputabilité, affirme le rapport explosif du vérificateur général, qui appelle à des changements en profondeur pour corriger des problèmes systémiques à la chambre haute.

L’analyse longuement attendue des dépenses au Sénat par Michael Ferguson ne propose rien de moins qu’une refonte complète de la manière de gérer les dépenses — de vastes changements qui font écho à ce que disait le vérificateur général depuis des années: les sénateurs ne devraient pas surveiller les dépenses de leurs pairs.

Des ajustements aux règles ces dernières années ont eu peu d’impact, dit le rapport, qui remet en question un total de 976 627 $ en réclamations de dépenses. Des portions du rapport ont été consultées par La Presse Canadienne, avant qu’il ne soit rendu public la semaine prochaine.

M. Ferguson écrit que les problèmes identifiés appellent à un changement en profondeur dans la manière dont les réclamations de dépenses sont faites, administrées, contrôlées et révisées.

Selon le vérificateur général, des ajouts aux règles existantes ne sont pas suffisantes. Il dit croire nécessaire des améliorations dans la surveillance, l’imputabilité, la transparence et la prise de conscience des sénateurs quant aux coûts pour les contribuables.

Le rapport, qui doit être rendu public mardi, recommande qu’un organisme indépendant d’experts soit établi pour déterminer si une réclamation de dépense cadre ou non dans les règles du Sénat.

Il appelle aussi à des vérifications indépendantes régulières des dépenses pour promouvoir la discipline et la vigilance des sénateurs et du personnel.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!