HALIFAX – La mère d’un Néo-Écossais mort en prison d’une surdose de méthadone poursuit la province pour manque de contrôle de cette drogue potentiellement létale.

Le 7 avril 2014, Clayton Cromwell, 23 ans, a été trouvé inanimé dans sa cellule à l’établissement correctionnel Central Nova Scotia, à Halifax.

M. Cromwell était en attente d’une audience pour avoir prétendument violé les conditions de sa probation après une condamnation pour trafic de drogue.

La méthadone est fournie sous ordonnance à certains prisonniers pour les aider à se sortir de leur dépendance, mais on ignore encore comment M. Cromwell se l’est procurée. Le rapport d’un responsable médical confirme qu’il n’avait pas de prescription.

Un avis de poursuite déposé la semaine dernière par la mère du jeune homme, Elizabeth Cromwell, soutient que la prison n’avait pas les mesures de sécurité nécessaires pour empêcher la circulation de cette drogue potentiellement dangereuse entre ses murs.

La province prévoit déposer prochainement sa déclaration de défense.

La poursuite stipule que la province a omis d’instaurer «des procédures sécuritaires pour la prescription et la distribution de méthadone (…) alors qu’elle savait, ou aurait dû savoir, qu’on en faisait le trafic régulièrement» et qu’elle pouvait causer la mort.

Le document ajoute 10 autres allégations, notamment que la prison était surpeuplée et que la supervision et les fouilles étaient déficientes ou insuffisantes.

L’avocat qui représente la famille, Devin Maxwell, a affirmé qu’un rapport d’enquête interne remis à la famille ne dit pas comment Clayton Cromwell a pu se procurer la drogue.

«C’est ce que je cherche toujours à savoir: comment a-t-il obtenu ces drogues?»

Me Maxwell s’attend à ce que des assignations soient remises pour obtenir de la police de Halifax de l’information sur cette question.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!