Jacques Boissinot Colette Roy-Laroche, Philippe Couillard. Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC – Près de deux ans après la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, la municipalité sinistrée a reçu un hommage à l’Assemblée nationale.

Le premier ministre Philippe Couillard a remis, mardi, l’insigne de Chevalier de l’Ordre national du Québec à la mairesse Colette Roy Laroche, au cours d’une cérémonie solennelle au Salon rouge du parlement. Elle avait reçu officiellement son grade l’an dernier, mais n’avait pu assister à la cérémonie de remise de la médaille.

La mairesse a dédié cet honneur à ses concitoyens, qui vivent encore dans les ruines de ce désastre ayant fait 47 morts, en plein centre-ville, le 6 juillet 2013.

«Alors que l’incrédulité et l’horreur se lisaient sur tous les visages, une femme est restée debout, inébranlable dans sa volonté de servir sa communauté, a dit M. Couillard, avant de lui remettre la décoration. Cette femme aux qualités exceptionnelles et au dévouement sans égal, c’est vous.»

En entrevue à La Presse Canadienne après la cérémonie, Mme Roy Laroche a dit que c’était un grand «grand honneur», mais aussi un «réconfort» pour elle. Elle accepte son nouveau titre et reconnaît s’être investie dans les efforts de secours et de reconstruction, tout en remettant symboliquement l’honneur à tous les Méganticois.

«Je le prends pour la communauté, cela m’apparaît plus comme un hommage à la communauté, a-t-elle déclaré. Comme maire, j’ai dû assurer le leadership, la coordination, faire en sorte que les dossiers avancent pour aider les gens d’abord, les personnes sinistrées, les familles endeuillées. Mais c’est aussi un hommage à la communauté de Lac-Mégantic.»

Sa communauté est encore chaque jour devant des images qui rappellent la tragédie, a-t-elle dit, mais elle doit «se tenir debout, regarder en avant» et consacrer toutes ses énergies à la reconstruction.

«D’abord nous reconstruire nous-mêmes, reconstruire notre communauté, et reconstruire le bâti.»

Signe encourageant, tous les sinistrés ont retrouvé maintenant un logis, un espace, ou leur commerce, mais la décontamination se poursuit encore et ce n’est qu’en 2016 qu’on pourra véritablement assister à la renaissance du centre-ville, a-t-elle expliqué.

«Je pense que nous sommes sur la bonne voie.»

Elle ne craint pas que sa municipalité sombre dans l’oubli alors qu’il reste encore beaucoup à faire pour des années. «On finit par prendre de la distance par rapport aux événement tristes. Il est normal que les Québécois prennent un peu de distance. Mais nous continuerons au moins pendant cinq ou dix ans à avoir besoin du support moral ou de l’appui des Québécois», a dit Mme Roy Laroche.

Et Lac-Mégantic n’est pas indifférente aux nombreux débats actuels qui entourent le transport d’hydrocarbures au Québec, a-t-elle assuré, que ce soit le projet d’oléoduc de TransCanada, le terminal pétrolier de Belledune au Nouveau-Brunswick et la circulation ferroviaire qu’il implique, ou l’inversion du pipeline d’Enbridge.

«C’est une grande inquiétude pour le conseil municipal et pour les citoyens», a-t-elle avoué à propos du transport ferroviaire d’hydrocarbures qui va en augmentant.

«La voie ferrée est toujours au même endroit (à Lac-Mégantic), pour nous, cela devient une source de traumatisme», a affirmé la mairesse, qui soutient que ses concitoyens sont «tiraillés» entre le coeur et la raison.

«Le coeur dirait non, mais la raison fait en sorte que c’est aussi un outil essentiel pour les entreprises de la région. On ne peut arrêter ce transport-là», a-t-elle dit.

Rappelons que dans la nuit du 6 juillet 2013, un train composé de plus de 70 wagons chargés de pétrole de la Montreal, Maine and Atlantic a été laissé sans surveillance à une douzaine de kilomètres de Lac-Mégantic, a dévalé la pente en raison d’une avarie du système de freinage et a fait irruption dans le centre-ville. Le convoi a explosé et rasé le coeur de la municipalité.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!