OTTAWA – Les serveurs informatiques du gouvernement fédéral ont été la cible d’une cyberattaque, a annoncé le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, mercredi.

M. Clement avait indiqué, sur son compte Twitter, que la population devait utiliser la ligne téléphonique 1 800 O-Canada jusqu’à ce que les services complets soient rétablis.

Ce message a été publié après que des internautes ont eu de la difficulté à accéder à certains sites du gouvernement.

En fin de journée, le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a cherché à rassurer la population en affirmant qu’à aucun moment «des informations personnelles ont été compromises».

Le collectif Anonymous a publié une vidéo sur YouTube pour revendiquer l’attaque, décrite comme un moyen de protestation contre l’adoption récente du projet de loi antiterroriste. M. Blaney n’a pas voulu confirmer que le groupe était effectivement l’auteur de la cyberattaque, préférant «laisser le soin à nos agences d’application de la loi d’identifier la source de l’attaque».

Pressé de questions par les journalistes voulant savoir s’il trouvait la situation préoccupante, le ministre Blaney a préféré insister sur l’obsession sécuritaire de son gouvernement. Pour lui, cette attaque est un «signe qu’il faut être très vigilant». Il a ajouté que cette nouvelle attaque justifiait la stratégie mise en place par son gouvernement pour contrer les pirates informatiques et les investissements annoncés en 2010, en 2012 et dans le dernier budget pour atteindre ce but.

M. Blaney a dénoncé les auteurs de l’attaque. «Il n’y aucune justification pour s’attaquer à la propriété publique en notre pays. Il y a plusieurs moyens d’exprimer par des voies démocratiques son point de vue. Tous ceux qui enfreignent la loi feront face à la loi», a-t-il souligné.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!