Métro

OTTAWA – L’usage de nettoyants domestiques courants peut augmenter considérablement la pollution de l’air à l’intérieur, laisse croire une nouvelle étude d’un groupe environnemental.

L’étude du groupe Environmental Defence Canada a montré que les niveaux à l’intérieur de composés organiques volatils avaient plus que doublé dans neuf maisons durant un nettoyage de 30 minutes dans la cuisine avec des produits courants.

Les composés organiques volatils, ou COV, peuvent entraîner des irritations aux yeux, au nez et à la gorge, provoquer des maux de tête, des problèmes à la peau et de l’asthme, et sont considérés comme particulièrement nocifs pour les jeunes.

Aucune norme n’a été établie au Canada pour les concentrations de COV à l’intérieur. Environmental Defence a utilisé une norme allemande comme baromètre pour son examen de plusieurs nettoyants — incluant de supposés produits «verts» — dans 14 maisons en Ontario.

Les résultats montrent des augmentations considérables de polluants dans l’air après l’usage de nettoyants communs, des augmentations qui étaient presque aussi élevées pour des produits non contrôlés se prétendant «verts». Des augmentations bien moindres ont été notées pour des produits certifiés «verts» qui énumèrent tous leurs ingrédients sur leurs étiquettes.

Le rapport indique que le niveau moyen de COV dans les maisons après l’usage de produits nettoyants communs était légèrement plus élevé que dans un salon de manucure, mais légèrement moindre que dans une voiture neuve.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!