MONTRÉAL – Le festival L’Outaouais en fête n’a pas été épargné par le régime minceur du gouvernement provincial.

L’événement, qui est une démarche d’Impératif français visant à célébrer la culture francophone, a subi des compressions «de dernière minute, incroyables et sauvages», selon le président de l’organisme, Jean-Paul Perreault.

Ce dernier soutient que Québec a privé le festival d’environ 100 000 $.

M. Perreault ajoute que «l’an dernier, c’était encore pire que ça». Il se rappelle qu’en plus en 2014, le couperet était tombé à peine deux semaines avant la tenue du festival, ce qui avait «entraîné l’événement dans une situation déficitaire».

D’après Jean-Paul Perreault,en imposant de pareilles restrictions budgétaires, les décideurs provinciaux ont fait la démonstration de leur grande «incompétence», ils ont agi «de façon carrément irresponsable» et ils ont défié la logique.

«Tout le monde sait que le festival est vraiment générateur d’activités économiques. On ne peut lui imposer des compressions durant une période où très souvent les gens d’affaires ont besoin d’une relance», martèle-t-il.

Le président d’Impératif français écorche aussi le gouvernement fédéral.

Il affirme que des demandes de subvention sont logées auprès du ministère du Patrimoine canadien depuis pratiquement sept ans.

M. Perreault précise qu’au fil du temps, il a appris à anticiper la réponse d’Ottawa.

«C’est toujours non. C’est même non avant d’ouvrir les enveloppes [renfermant les demandes de financement]. C’est désormais connu d’avance», déplore-t-il.

Le festival L’Outaouais en fête s’amorcera mardi et il se poursuivra jusqu’à samedi à Gatineau. Durant l’événement, les spectateurs pourront entre autres assister à des prestations des artistes Chloé Sainte-Marie, Michel Rivard, Lisa Leblanc, France D’Amour et Vincent Vallières.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!