FREDERICTON – Le premier plan quinquennal du gouvernement du Nouveau-Brunswick pour réduire la pauvreté a permis d’améliorer le sort de plusieurs citoyens à faible revenu, mais le nombre de personnes qui vivent dans la pauvreté extrême a quand même augmenté de cinq pour cent entre 2009 et 2014.

Le rapport final sur l’impact du «Plan d’inclusion économique et sociale 2009-2014» a été dévoilé jeudi. On y apprend que l’incidence de la pauvreté chez les familles monoparentales dont le chef est une femme, chez les familles biparentales et chez les personnes seules a connu une régression de l’ordre de 25 pour cent, à 43 pour cent, «ce qui est supérieur à l’objectif de 25 pour cent qui avait été établi au départ».

Par contre, les efforts visant à réduire de 50 pour cent la pauvreté extrême n’ont pas permis d’atteindre les mêmes résultats, souligne-t-on.

Stéphane Leclair, directeur exécutif de la Société d’inclusion économique et sociale, a indiqué que les causes de cette augmentation de cinq pour cent de la pauvreté extrême ne sont pas claires pour l’instant. Mais il rappelle qu’aujourd’hui, on compte environ 10 000 personnes qui sont sans abri et qui n’ont pas recours aux programmes d’aide de l’État.

M. Leclair soutient que des 22 actions prioritaires établies dans le plan, 21 ont été réalisées — notamment la hausse du salaire minimum à 10 $, la création d’une assurance-médicaments, et des programmes de soins dentaires et de lunetterie pour les enfants de familles à faible revenu. Le directeur Leclair estime que «les actions restantes sont en cours de réalisation et ont été reportées dans le plan 2014-2019».

Le ministre des Services gouvernementaux, Ed Doherty, responsable de la société de la Couronne, a indiqué que ce nouveau plan quinquennal vise 28 actions prioritaires.

Mais le chef du Parti vert, David Coon, estime que ce nouveau plan est trop timide, et qu’il ne suffira pas à réduire la pauvreté extrême dans la province. Il aurait souhaité notamment plus d’actions concrètes en matière de services en santé mentale, de logements sociaux et de soutien aux personnes démunies qui vivent avec un handicap.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!