WINNIPEG – L’homme de 49 ans arrêté à Winnipeg pour un attentat à la bombe contre un cabinet d’avocats était en litige avec son ex-épouse et des juristes depuis dix ans, révèlent des documents judiciaires.

Selon la police, Guido Amsel était devenu si enragé par la tournure des événements qu’il aurait envoyé par la poste des colis piégés à son ex-épouse et aux avocats impliqués dans le litige matrimonial.

Vendredi dernier, l’avocate Maria Mitousis, âgée de 38 ans, a été sérieusement blessée dans l’explosion d’une bombe au cabinet Petersen King. Selon des proches du milieu judiciaire, elle aurait perdu une main. Mme Mitousis avait déjà représenté la femme d’Amsel, Iris, dans la procédure de divorce et lors d’une poursuite intentée plus tard par l’ex-épouse.

En fin de semaine, les démineurs de la police ont désamorcé deux autres engins explosifs — l’un dans un cabinet d’avocats qui avait été impliqué dans le litige du couple, et l’autre dans un atelier de mécanique automobile lié à Iris Amsel.

Guido Amsel est accusé de deux chefs de tentative de meurtre et de voies de fait graves, en plus de chefs liés à la possession d’explosifs.

La police de Winnipeg a par ailleurs prévenu les juristes que d’autres engins explosifs pourraient être retrouvés au cours des prochains jours. Pour sa part, le Barreau du Manitoba a envoyé un avertissement à ses membres, rappelant que d’autres cabinets avaient récemment reçu du courrier suspect.

Ces incidents ont semé un vent de soupçons, lundi, à Winnipeg: l’hôtel de ville et un bureau de poste tout près ont été brièvement évacués à la suite de signalements de colis suspects.

Selon les documents judiciaires, le divorce des Amsel, en 2004, s’était plutôt bien réglé, mais en 2010, Guido a accusé Iris d’avoir subtilisé 3 millions $ de la compagnie dans laquelle il avait racheté la part de son ex-épouse.

Amsel demeure détenu jusqu’à sa comparution, mardi, où l’on devrait fixer une date pour la suite des procédures.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!