CALGARY – Les changements climatiques, les oléoducs et l’atténuation des inondations étaient à l’ordre du jour, lundi, de la première rencontre formelle entre la première ministre albertaine, Rachel Notley, et le premier ministre du Canada, Stephen Harper.

S’il y a eu des tensions entre la chef néo-démocrate et le premier ministre conservateur, ni l’un ni l’autre ne l’a laissé transparaître. Lors d’une prise de photos avant la rencontre, Mme Notley a demandé à M. Harper comment son passage au Stampede de Calgary se déroulait, et les deux ont soulevé leur chapeau pour les caméras.

Après la rencontre, Mme Notley a dit ne pas avoir l’impression que les récents efforts de l’Alberta pour renforcer les règles sur les grands émetteurs de carbone représentaient un «irritant majeur» pour M. Harper.

La première ministre de l’Alberta a laissé entendre que M. Harper avait «reconnu» que certains des chiffres avancés par l’Alberta étaient déjà évoqués depuis un moment dans les salles de conseil des entreprises pétrolières et gazières.

Le mois dernier, le gouvernement de l’Alberta a indiqué qu’il exigerait des installations émettant plus de 100 000 tonnes de CO2, une réduction de l’intensité des émissions de 20 pour cent d’ici 2017, comparativement au 12 pour cent qui prévaut actuellement. Aussi, le prix du carbone sera multiplié par deux à 30 $ la tonne en 2017 pour les émissions dépassant cette intensité.

La première ministre a affirmé qu’ils avaient aussi discuté de l’oléoduc Énergie Est de TransCanada (TSX:TRP) vers la côte Est et de l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan vers Vancouver — deux propositions qu’elle soutient.

Concernant Trans Mountain, elle a fait état d’échanges sur ce que pourrait faire Ottawa pour stimuler les efforts de préparation aux déversements dans la vallée du Bas-Fraser.

Mme Notley s’est déjà montrée beaucoup moins favorable aux projets d’oléoducs Keystone XL de TransCanada et Northern Gateway d’Enbridge (TSX:ENB).

Plus de deux ans après les inondations ayant frappé la majeure partie du sud de l’Alberta, les deux dirigeants ont également abordé les manières d’atténuer de telles catastrophes. Une somme actuellement disponible dans le cadre du Programme national d’atténuation des catastrophes est de 200 millions $, et la province a réclamé 600 millions $, a indiqué Mme Notley.

Un résumé par courriel du bureau du premier ministre indique que M. Harper et Mme Notley «se sont engagés à travailler ensemble sur des questions d’intérêt pour les Albertains et tous les Canadiens, avec une attention portée aux emplois, à l’économie et à la prospérité à long terme».

«Ils ont discuté de l’importance de maintenir un secteur énergétique fort et en croissance et des rôles respectifs du gouvernement fédéral et des provinces dans l’atteinte des cibles sur le climat du Canada pour 2030», indique-t-on.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!