QUÉBEC
– Le syndicat des travailleurs d’Aveos, congédiés par ce sous-traitant
d’Air Canada, a accusé le gouvernement Charest de « jouer une petite
game », mercredi, pour éviter d’avoir à recourir aux tribunaux.

Des représentants de l’Association internationale des machinistes et des
travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA) ont enjoint les élus à passer à
l’action.
L’Assemblée nationale a adopté la semaine dernière une motion affirmant
que le gouvernement prendra tous les moyens juridiques pour sauver leurs
emplois, a rappelé le président-directeur général du local 140 de
l’AIMTA, Jean Poirier, lors d’une conférence de presse.

« La politique, je pense que c’est assez, on est venus chercher de
l’action, a-t-il dit. Moi quand j’étais ici la semaine passée, c’était
pas pour avoir un tape dans le dos, c’était pour qu’il y ait des
agissements. Là présentement on est en train, je dirais, de jouer une
petite game pour dire que ‘l’union’ veut pas embarquer là-dedans. »

M. Poirier a nié que le syndicat refuserait de se joindre à un éventuel
recours du gouvernement du Québec contre Air Canada ou le gouvernement
fédéral.
Le syndicaliste a souligné que son organisation n’a tout simplement pas
la capacité d’affronter ces adversaires sur le terrain juridique.

« On est ici parce qu’on a un gros Goliath qui s’appelle Air Canada, on a
un gros Goliath qui s’appelle le gouvernement conservateur et il y a
une petite ‘union’ avec des travailleurs qui sont dans la rue, qui sont
David présentement, a-t-il lancé.

Là le Goliath, il va falloir qu’il se
réveille, le Goliath c’est le gouvernement provincial, c’est M. Hamad,
c’est M. Charest. »
La semaine dernière, Aveos a annoncé la fermeture de ses ateliers.

Sans
préavis, les 2600 employés, dont 1800 à Montréal, se sont retrouvés sans
emploi.
Selon les employés, une loi fédérale oblige le transporteur aérien à
conserver ses installations de maintenance et de révision dans trois
villes canadiennes, dont Montréal.

Air Canada était le principal client d’Aveos et plusieurs de ses
employés d’entretien travaillaient auparavant pour le transporteur
aérien.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!