QUÉBEC – L’opposition officielle a pressé le gouvernement, mercredi, de
joindre le geste à la parole dans le dossier de la fermeture des centres
d’entretien Aveos, utilisés par Air Canada.

La chef péquiste Pauline Marois a rappelé que la liquidation des actifs
de l’entreprise est imminente.
Selon Mme Marois, le gouvernement doit recourir aux tribunaux afin de
garantir que le transporteur aérien respecte ses obligations de garder
l’entretien de ses avions à Montréal.

La semaine dernière, le gouvernement du premier ministre Jean Charest a
voté en faveur d’une motion affirmant qu’il recourra à tous les moyens
juridiques dans ce dossier.

À ce jour, les avocats du gouvernement étudient encore la façon de
procéder dans ce dossier, a indiqué le ministre de la Justice Jean-Marc
Fournier.

Les employés d’Aveos sont à l’Assemblée nationale, mercredi, où ils
participeront à une conférence de presse.

La semaine dernière, Aveos a annoncé la fermeture de ses ateliers. Sans
préavis, les 2600 employés, dont 1800 à Montréal, se sont retrouvés sans
emploi.

Selon les employés, une loi fédérale oblige le transporteur aérien à
conserver ses installations de maintenance et de révision dans trois
villes canadiennes, dont Montréal.
Air Canada était le principal client d’Aveos et plusieurs de ses
employés d’entretien travaillaient auparavant pour le transporteur
aérien.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!