Yves Provencher/Métro La ministre de la Culture, Hélène David

MONTRÉAL – Tant la ministre de la Culture Hélène David que le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) ont désavoué les propos du porte-parole Bastien Gilbert, qui, en entrevue avec le quotidien «La Presse», a accusé la ministre de «défendre moins bien la culture qu’un député conservateur l’aurait fait».

M. Gilbert, porte-parole du MAL, a reproché vendredi à Mme David d’avoir imposé des compressions de 2,5 millions $ au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Il a souligné que l’ancien ministre canadien du Patrimoine, James Moore, avait quant à lui «réussi à protéger le budget du Conseil des arts (du Canada)».

La ministre David s’est entretenue jeudi avec plusieurs intervenantsdu milieu de la culture représentés par le MAL pour discuter des coupes au CALQ. M. Gilbert, qui de son propre aveu, n’y était pas, semblait résumer la rencontre dans l’article de «La Presse».

«Je suis totalement furieuse (…) Je ne tolère pas qu’on rapporte un tissu de mensonges comme ça. Monsieur n’était pas à la rencontre et il y a vraiment des limites à dire n’importe quoi», a pesté Mme David, en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

Elle a relaté que sa réunion avec les représentants des organisations avait duré deux heures et qu’elle s’était déroulée «en toute collégialité».

«(La rencontre) était tournée vers le travail de collaboration et tournée vers l’avenir pour regarder et être à l’écoute des besoins; tout le contraire de ce qui a été rapporté», a-t-elle déploré.

Sur les compressions imposées au CALQ, Mme David a réitéré qu’elles toucheraient «l’administration et les structures» et non les artistes eux-mêmes. Elle a rappelé qu’il s’agissait de coupes de 2,5 millions $ sur un budget de 107 millions.

«(Les organisations culturelles) sont un peu dans l’accompagnement de la clientèle. Ce que nous on veut protéger, c’est que cette clientèle-là ait du pain et du beurre. Puis le pain et le beurre, ça vient par les bourses. On donne 10 millions $ de bourses à travers le CALQ», a-t-elle expliqué.

Mme David a également réfuté les propos de M. Gilbert sur une présumée diminution du budget de son ministère, qui serait de l’ordre de 2 à 4 pour cent. Elle a martelé qu’elle ne «savait pas du tout» à quoi faisait référence le porte-parole. Mme David a rappelé que, au contraire, son budget avait cru de 2,8 pour cent.

Par ailleurs, le Mouvement pour les arts et les lettres semble s’être dissocié des propos de Bastien Gilbert dans un communiqué publié vendredi après-midi, se disant «attristé» que la réunion ait été résumée ainsi.

«Le Mouvement tient à préciser qu’en rappelant que le budget du Conseil des Arts du Canada — l’équivalent fédéral du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) — avait été épargné par les coupes fédérales, il n’a, à aucun moment, cherché à établir une comparaison sur la valeur des ministres ou des gouvernements du Québec ou du Canada ou à qualifier injustement l’ensemble du travail de la ministre David», est-il écrit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!