Ryan Remiorz Jacque Nadeau. Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL – Le photographe Jacques Nadeau, du quotidien Le Devoir, s’est fait voler chez lui des dizaines de milliers de photos qui représentent un grand pan de l’histoire du Québec en images, mais aussi, pour lui, une part de sa vie qui n’a pas de prix.

Mardi, le photographe du quotidien montréalais est rentré chez lui et a immédiatement constaté que quelque chose n’allait pas. Il a vu la télévision manquante et s’est précipité vers la commode qui contenait ses cinq disques durs — toute sa vie de photographe.

Ils avaient été dérobés, tout comme plusieurs photos imprimées de l’ancien premier ministre du Québec René Lévesque.

«C’est là que l’effondrement est arrivé», a-t-il confié en entrevue téléphonique, mercredi, manifestement ébranlé et la voix nouée par l’émotion.

«C’est ma vie, c’est ma passion», a-t-il déclaré.

Ces photographies représentent 37 ans d’images du Québec et d’ailleurs, de ses politiciens, de ses vedettes, mais aussi d’inconnus croqués sur le vif.

Des clichés désormais célèbres comme celui de René Lévesque, la cigarette au bec, jouant au billard dans une taverne, ou ce Jacques Parizeau, marchant seul l’hiver, les épaules voûtées, dans un sentier à travers les conifères. Ou encore Maurice Richard, quittant le forum une dernière fois. De nombreuses images qui ont figuré en première page du Devoir.

Mais il s’est aussi fait dérober tous ses projets personnels, «le plus difficile», a-t-il raconté.

M. Nadeau estime s’être fait voler — en plein jour, pendant qu’il était au travail — entre 30 000 et 50 000 photographies, couvrant une période allant de 1977 à 2015.

«Pour moi il s’agit d’un vol de photos», a-t-il dit en notant que la valeur des disques durs est minime, «à moins d’utiliser les photos».

Il espère que quelqu’un va le contacter si les cinq disques durs orange et noirs sont retrouvés ou si ses photographies sont aperçues quelque part.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!