OTTAWA – Le Nouveau Parti démocratique (NPD) semble encourager les parents canadiens qui n’ont pas besoin de la prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE) de la remettre dans les coffres du parti.

Dans un courriel envoyé à ses partisans, le NPD cite l’exemple d’Ella, une femme à l’aise financièrement, qui a l’intention de verser les bénéfices de la prestation en don au parti. La mère monoparentale a expliqué dans la missive qu’elle ne se sentirait pas à l’aise d’accepter cet argent «teinté» d’électoralisme.

Le parti écrit ensuite que cette militante «n’est pas la seule à se sentir ainsi», incitant les autres à «faire des dons pour aider à la campagne».

Le NPD s’est défendu en disant qu’il ne souhaitait pas encourager ses partisans à imiter Ella. Cette «histoire inspirante» a simplement été présentée pour attirer l’attention des lecteurs, a expliqué le porte-parole George Soule.

Or, selon le député libéral Ralph Goodale, il s’agit d’une stratégie «de mauvais goût». Il déplore que le NPD veuille utiliser un programme d’aide sociale comme une «vache à lait politique».

Ce courriel souligne toutefois le gros défaut du programme, selon le député, puisque les familles plus nanties n’ont pas le choix de recevoir ou non la prestation.

Le chef Thomas Mulcair s’est engagé à conserver la PUGE si le NPD formait le gouvernement — ce qu’a critiqué le chef libéral Justin Trudeau. M. Trudeau dénonce que le chef néo-démocrate garde ce programme qui verse les mêmes montants aux familles riches et pauvres.

Le Parti libéral propose plutôt d’implanter un programme de bénéfices progressifs qui donneraient des montants plus élevés aux familles moins nanties.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!