HALIFAX – Un groupe de résidants de la Nouvelle-Écosse appelle tous les ordres de gouvernement à prendre des mesures pour interdire l’usage ou le déploiement à travers le Canada du drapeau confédéré symbole de la guerre civile aux États-Unis.

Les Citoyens de la Nouvelle-Écosse contre le suprémacisme blanc ont fait valoir lors d’un événement, mercredi, que le déploiement public du drapeau confédéré devrait être considéré comme un crime haineux.

Le groupe a lancé une pétition qui appelle à une interdiction par le gouvernement du déploiement du drapeau.

La militante des droits sociaux et organisatrice de l’événement, Lynn Jones, a dit avoir été choquée de voir un drapeau confédéré peint sur un camion récemment dans sa ville natale de Truro.

Le groupe a admis qu’il serait difficile d’obtenir une interdiction à l’échelle du pays, mais a ajouté que le rassemblement, mercredi, avait aussi pour objectif d’informer le public sur le symbolisme raciste du drapeau.

Le militant et professeur d’histoire à l’Université de Dalhousie Isaac Saney a dit croire qu’il était important pour les gens de comprendre l’histoire derrière ce drapeau, brandi par les troupes confédérées sur le terrain durant la guerre civile américaine.

«Le drapeau n’est pas juste un symbole, il a eu un impact majeur dans la société», a dit M. Saney lors du rassemblement, soulignant qu’il a été brandi par des partisans de l’esclavage.

«C’est un symbole universel de racisme. Cela ne fait pas de doute, et je crois qu’il n’y a pas de place pour des symboles haineux, pour des symboles de suprémacisme blanc au Canada», a-t-il poursuivi.

La mort de neuf paroissiens noirs dans une église de la Caroline du Sud le mois dernier a alimenté le débat aux États-Unis sur le drapeau confédéré, amenant des législateurs à voter pour le retirer des terrains gouvernementaux.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!