TORONTO – Deux carpes asiatiques trouvées dans des bassins près du bord de l’eau à Toronto cette semaine ont amené trois agences gouvernementales à dépêcher du personnel sur place pour déterminer comment cette espèce envahissante a pu pénétrer dans des étangs près du lac Ontario, et voir s’il y en a d’autres.

Des employés de l’Autorité de conservation de la région de Toronto a trouvé le premier poisson lundi dans un étang au parc Tommy Thompson et le second mardi.

Les deux poissons sont des mâles, fertiles et pouvant vivre neuf ans, mais on ne sait pas d’où ils viennent.

Les carpes asiatiques sont reconnues pour leur destruction des écosystèmes en Amérique du Nord avec leur reproduction prolifique et leur appétit vorace pour les habitats des autres espèces.

Ces poissons ont envahi par le passé le fleuve Mississippi et remplacé ses espèces indigènes, incitant le gouvernement américain à lancer un plan de 60 millions $ pour détecter et empêcher qu’ils ne se rendent dans les Grands Lacs.

En 2012, le gouvernement fédéral a alloué 17,5 millions $ sur cinq ans pour empêcher que la carpe asiatique n’atteigne les cours d’eau canadiens.

Des responsables du ministère fédéral des Pêches et du ministère ontarien des Ressources naturelles sont demeurés sur place mais indiquent que la découverte des deux poissons ne constitue pas une invasion.

Le gouvernement ontarien considère que la carpe asiatique, qui peut atteindre plus de 40 kilogrammes et un mètre de long, est l’une des plus grandes menaces pour les Grands Lacs.

Les deux poissons trouvés cette semaine sont morts et ont été envoyés aux États-Unis pour des tests.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!