OTTAWA – Les pays présents à la table de négociations du Partenariat transpacifique (PTP) sont exaspérés par le fait que le Canada tente de faire obstruction à leurs demandes pour forcer l’ouverture du marché des produits laitiers.

Des failles ont toutefois commencé à apparaître dans la position du gouvernement canadien alors qu’un accord est à portée de main, selon Mike Petersen, un envoyé commercial du gouvernement néo-zélandais présent à Hawaï sans toutefois être à la table de négociations.

Malgré tout, les positions protectionnistes du Canada et du Japon sur l’accès au marché des produits laitiers demeurent plutôt inflexibles, a-t-il soutenu. Elles pourraient même empêcher la signature de l’accord cette semaine, a expliqué M. Petersen, jeudi, en entrevue à La Presse Canadienne. «Franchement, la discussion a atteint un niveau où ça devient terriblement frustrant», a-t-il résumé.

M. Petersen, qui travaille de près avec le ministre du Commerce de la Nouvelle-Zélande et son équipe de négociations, a ajouté que l’offre canadienne d’ouvrir son marché des produits laitiers est «tellement restreinte que c’est difficile de la prendre au sérieux à ce stade-ci».

M. Petersen a refusé de donner plus de détails sur cette offre, mais a affirmé qu’Ottawa se devrait d’offrir davantage de concessions sur l’accès aux produits laitiers qu’au moment de négocier l’entente de libre-échange avec l’Union européenne.

Le PTP, une entente commerciale négociée entre 12 pays incluant les États-Unis, le Mexique et le Japon, pourrait devenir la plus importante de toute l’histoire du commerce international.

Jeudi, un porte-parole du ministre canadien du Commerce international Ed Fast, Rick Roth, a précisé que les pays devaient encore négocier un certains nombres d’enjeux litigieux et a nié qu’il y ait un principal point d’achoppement à la conclusion d’un accord.

Alors que le gouvernement conservateur s’est montré réticent à discuter publiquement de l’avancée des négociations, M. Petersen a affirmé que le fait que le Canada souhaite l’aboutissement du Partenariat transpacifique d’ici la fin de la semaine est un secret de Polichinelle à Hawaï.

Selon des experts, des négociations qui se prolongeraient jusque dans la campagne électorale — qui risque d’être déclenchée sous peu — pourraient placer les élus conservateurs dans l’embarras, notamment sur la délicate question de la gestion de l’offre, qui protège les producteurs canadiens contre les produits importés.

La perspective que le Canada fasse des concessions en assouplissant la gestion de l’offre suscite effectivement des craintes chez les producteurs laitiers canadiens, particulièrement au Québec et en Ontario.

À l’inverse, le Parti conservateur aimerait bien déclencher la campagne en pouvant brandir le PTP comme une preuve de sa bonne performance en matière économique.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!