Jeff McIntosh / La Presse Canadienne Le ministre de l'Agriculture, Gerry Ritz

EDMONTON – Le gouvernement fédéral a conclu le dernier chapitre de ce qui était autrefois appelé la Commission canadienne du blé.

Le ministre de l’Agriculture Gerry Ritz a annoncé qu’Ottawa avait finalisé la vente de l’agence qui commercialisait le grain des fermiers de l’Ouest canadien depuis 1935 à G3 Global Grain Group.

G3 a affirmé que le conseil, connu sous le nom de CWB, serait associé à Bunge Canada pour former une nouvelle compagnique appelée G3 Canada.

Le président directeur général de G3, Karl Gerrand, a affirmé que le changement de nom était un pas en avant pour bâtir une compagnie de gestion du grain très efficace, d’un océan à l’autre.

Le gouvernement fédéral a annoncé au mois d’avril que G3 achèterait 50,1 pour cent des parts pour un montant de 250 millions $.

Le reste sera gardé en fiducie pour les fermiers, mais dans sept ans, G3 aura l’option de racheter les parts des fermiers à la valeur du marché.

Malgré plusieurs poursuites et une vive opposition de certains fermiers, le gouvernement fédéral a décidé d’aller de l’avant, il y a trois ans, avec la promesse d’abolir le monopole.

Un groupe nommé «Les amis de la Comission canadienne du blé» n’a pas abandonné la bataille.

L’avocat Anders Bruun a déclaré vendredi que le groupe serait en Cour fédérale, à Ottawa, cet automne, dans le but de voir leur action collective contre le gouvernement fédéral être certifiée.

Le groupe soutient qu’Ottawa a mal géré environ 720 millions $ qui auraient dû être versés aux producteurs de grains entre 2011 et 2012.

M. Bruun a affirmé que le changement de nom de la compagnie n’affecterait pas la poursuite.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!