Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne Le premier ministre sortant, Stephen Harper

QUÉBEC — Libéraux et néo-démocrates ont des propositions économiques «ridicules» et «très dangereuses» pour affronter l’instabilité économique comme celle qui fait actuellement dégringoler les marchés, prévient Stephen Harper.

Le chef conservateur y est allé de cette habituelle mise en garde lors d’un passage à Drummondville, lundi, alors que les principaux indices boursiers chutaient en Asie, en Europe et en Amérique du Nord.

Face à de tels vents contraires, il faut maintenir le cap et opter pour un plan «qui donne au Canada depuis plusieurs années maintenant une performance supérieure» à celle des principaux pays développés sur la planète, a insisté M. Harper.

Il a vanté le bilan de son gouvernement et affirmé que les diverses promesses faites depuis le début de la campagne prévoient des «investissements clés» qui permettront «de remettre l’économie canadienne en bonne posture pour une croissance à long terme».

Pour leur part, les partis d’opposition n’ont à suggérer comme réponse que «des augmentations permanentes» des dépenses qui seraient financées par «des déficits permanents et par des hausses de taxes», a ajouté le premier ministre sortant.

«Et ça, c’est une position ridicule et très dangereuse pour l’économie canadienne», a plaidé Stephen Harper en marge d’un point de presse qui a été moins monopolisé que les précédents par les questions entourant le procès du sénateur Mike Duffy.

Les turbulences économiques mondiales ont ainsi permis à Stephen Harper de revenir sur son terrain de prédilection — celui de l’économie — alors qu’il était de retour au Québec, lundi, en ce jour 23 de la campagne électorale.

Les chefs du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, et du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, ont pour leur part accusé leur rival d’avoir placé le pays dans cette situation en misant tout sur le secteur énergétique, qui est confronté à d’importants défis en raison de la chute du prix du pétrole.

M. Harper a fait escale lundi matin dans la circonscription de Drummondville, où se présente l’ancienne journaliste Pascale Déry. Il a ensuite pris part à un événement du côté de Trois-Rivières.

En fin d’après-midi, la caravane conservatrice était de passage à Lac-Beauport dans la région de Québec où le chef conservateur a prononcé une allocution devant environ 150 militants. M. Harper poursuivra son séjour à Québec mardi pour y faire «une annonce importante», ont indiqué des membres de son état-major.

Devant ses partisans dans la circonscription de Portneuf-Jacques Cartier, le leader du PC a voulu encore une fois se présenter comme le champion de l’économie. Il a indiqué qu’il s’était entretenu avec le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, au sujet de l’évolution de l’économie mondiale et des marchés financiers.

En cette période d’incertitude et d’instabilité des marchés, les électeurs n’ont pas de chance à prendre, a affirmé M. Harper.

«Partout dans le monde, on peut voir des pays et des gouvernements qui sont plongés dans une dangereuse spirale de dettes et de déficits, dans des hausses de taxes et d’impôts, dans des coupes radicales de programmes et de services», a soulevé M. Harper.

«C’est là que peuvent mener les politiques incohérentes de Justin Trudeau ou les politiques de gauche irresponsables des néo-démocrates», a-t-il ajouté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!