QUÉBEC – Chassé de la direction de l’Agence métropolitaine de transport (AMT), la semaine dernière, Nicolas Girard ne part pas les mains vides.

Il aura droit à une prime de départ de 54 933$, à laquelle s’ajoutera un montant de 48 187$, pour un grand total de 103 120$, indiquent les données détaillées fournies par le Conseil exécutif.

La somme de 48 187$ devra lui être versée parce que le gouvernement a choisi de ne pas respecter le préavis de trois mois prévu à son contrat, en cas de résiliation. Québec voulait que M. Girard quitte immédiatement ses fonctions. Ce choix l’oblige a lui verser trois mois additionnels de salaire.

Comme telle, sa prime de départ s’élève à 54 933$, soit 3,42 mois de salaire.

L’ancien député péquiste limogé par le gouvernement un an avant la fin de son contrat recevait un salaire annuel de 192 748$.

Son successeur, Paul Côté, aura droit à une rémunération légèrement plus modeste, soit 180 911$ annuellement. Il aura la tâche de mener à bien les changements que souhaite apporter le gouvernement Couillard à la façon de gérer le transport collectif.

L’AMT sera remplacée par deux nouvelles entités, une axée sur la planification du transport en commun dans la région métropolitaine, l’autre chargée des opérations.

M. Girard avait été nommé président de l’AMT en octobre 2012 par le gouvernement péquiste.

L’opposition péquiste considère qu’il s’agit d’un renvoi injustifié et que le seul tort de M. Girard était d’être souverainiste.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!