KAMLOOPS, C.-B. – La fumée générée par les feux de forêt qui sévissent dans l’État de Washington ont causé, lundi, des problèmes de visibilité et de qualité de l’air en Colombie-Britannique, tout en aidant la province à contenir ses propres feux.

L’épais nuage qui enveloppe plusieurs villes du sud de la Colombie-Britannique agit comme une couverture nuageuse et calme les feux de forêt, a affirmé le responsable des communications du service provincial des incendies, Kevin Skrepnek.

M. Skrepnek a expliqué que ce nuage absorbait une partie de la chaleur qui, sans lui, atteindrait le sol et contribuait à maintenir un certain taux d’humidité.

Selon lui, 10 nouveaux feux ont été découverts dans la province durant le week-end, une baisse importante comparativement à d’autres jours de juillet et du début du mois d’août où des dizaines de brasiers pouvaient être repérés en une seule journée.

En dépit de ce déclin, Kevin Skrepnek a prévenu qu’il était encore trop tôt pour décréter la fin de la saison des feux de forêt.

Jusqu’à présent en 2015, la Colombie-Britannique a dépensé 233 millions $ pour combattre 1753 feux de forêt.

Actuellement, il y a environ 180 feux actifs à travers la province, dont celui à l’ouest de Rock Creek, qui couvre 45 kilomètres carrés et a détruit 30 maisons plus tôt ce mois-ci. Le brasier est maintenant contenu à 75 pour cent.

Dans l’État de Washington, le feu de forêt de Stickpin continuait toujours de faire rage, lundi, à 4,5 kilomètres de la frontière.

Depuis dimanche, des équipes de la Colombie-Britannique aident leurs homologues américains à lutter contre le brasier de 192 kilomètres carrés.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!