GRASSY NARROWS, Ont. – La Première Nation de Grassy Narrows, dans le nord-ouest de l’Ontario, vient de déclarer l’état d’urgence après que le ministère de l’Environnement de l’Ontario eut constaté la présence de produits chimiques en concentrations dangereuses pour la santé dans l’eau potable.

Le ministère ontarien a mesuré des concentrations de certains contaminants dépassant 120 fois la limite acceptable pour la santé. Des produits cancérigènes ont également été décelés à des niveaux anormalement élevés.

Les citoyens de la communauté Grassy Narrows, située près de Kenora, étaient déjà tenus de faire bouillir leur eau depuis un an. Mais l’ébullition ne suffit plus; l’eau est désormais impropre à la consommation.

La communauté affirme que cet été, les différents tests ont permis de détecter la présence de sous-produits désinfectants, comme du trichlorométhane et différents acides reconnus comme cancérigènes.

Un précédent rapport sur la qualité de l’eau potable, commandé par le gouvernement de l’Ontario et la Première Nation de Grassy Narrows, avait aussi identifié des concentrations élevées de mercure dans les cours d’eau autour de la communauté, même des années après qu’ils eurent été contaminés.

Les gouvernements provincial et fédéral affirment qu’ils s’affairent toujours à chercher des moyens de régler le problème.

Pendant ce temps, la communauté a livré des bouteilles d’eau de porte en porte, jeudi, pour que les citoyens puissent au moins avoir accès à de l’eau potable.

«Nous craignons que notre eau potable ne soit pas saine depuis un certain temps déjà et le gouvernement fédéral ne semble pas s’en préoccuper, a affirmé le conseiller Rudy Turtle. Notre peuple a déjà été empoisonné par le mercure et maintenant, nous sommes pris avec de l’eau non potable.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!