MONTRÉAL – Les autorités de santé publique de Lanaudière croient avoir identifié la tour de refroidissement qui serait à l’origine de l’éclosion de légionellose à Berthierville, qui a fait jusqu’ici deux morts sur un total de 18 cas confirmés depuis le 20 août dernier.

Dans un communiqué diffusé jeudi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière dit envisager que la tour de refroidissement de l’aréna de Berthierville soit la source probable de contamination.

Si tel était le cas, la contamination serait contrôlée puisque la tour a été arrêtée le 22 août. Cependant, on signale que d’autres cas pourraient s’ajouter puisque la période d’incubation de la maladie est d’environ 10 jours.

Les éclosions de légionellose sont habituellement attribuables à des aérosols contaminés provenant de tours de refroidissement à l’eau. La ville de Berthierville compte trois de ces tours, dont celle de l’aréna.

Cependant, par mesure de précaution, des procédures de décontamination ont été effectuées sur chacune des tours et des échantillons d’eau ont été prélevés dans tous les cas pour en avoir le coeur net.

La municipalité avait avisé les autorités de santé publique le 22 août d’irrégularités au dossier d’entretien de la tour de refroidissement de l’aréna, qui pourraient avoir engendré des risques pour la population. La Régie du bâtiment a alors été avisée et c’est à ce moment que la tour de refroidissement à l’eau a été arrêtée.

La légionellose est une maladie infectieuse peu fréquente causée par une bactérie appelée Legionella.

Elle cause une infection des poumons dont les symptômes sont de la fièvre, des frissons, de la toux et des difficultés respiratoires. Elle peut aussi causer un mal de tête, des douleurs musculaires ou des troubles digestifs. La maladie, qui se traite par des antibiotiques, peut être assez grave pour entraîner une hospitalisation et même la mort.

La maladie se transmet par inhalation de fines gouttelettes d’eau contaminée en suspension dans l’air et ne se transmet pas d’une personne malade à une autre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!