Yves Provencher/Métro Le maire de Montréal, Denis Coderre

MONTRÉAL – Le maire de Montréal, Denis Coderre, demande au gouvernement fédéral d’adopter un programme spécifique, et d’urgence, dans le cadre de l’actuelle crise des migrants.

À l’occasion d’une conférence de presse en compagnie de la chef du Parti vert, Elizabeth May, vendredi à l’hôtel de ville, le maire a livré un plaidoyer bien senti en faveur de l’accueil de ces réfugiés.

«Il y a quatre millions et demi de déplacés. Il ne faut pas que ce soit juste l’histoire d’une journée. Il faut que le gouvernement canadien — et c’est non partisan — dise ‘on n’est pas juste désolé et on en fait déjà’. On n’en fait pas assez», s’est exclamé le maire de Montréal.

Il envisage même une stratégie des grandes villes canadiennes, dont Montréal, pour accueillir davantage de réfugiés touchés par la crise qui sévit en Syrie.

«Comme ancien ministre de l’Immigration, je suis prêt à offrir mon expertise et mon énergie pour qu’on puisse trouver des solutions ensemble. Pas pour réfléchir, pour (discuter) comment on peut faire pour en ramener davantage et faire en sorte que les choses ne tombent pas dans les ‘craques’ administratives», a ajouté le maire Coderre.

«Oui c’est gros; oui il peut y avoir des problèmes. Mais à un moment donné, faites-les venir et on se posera les questions (après)», a-t-il lancé.

M. Coderre a refusé de blâmer le gouvernement conservateur sortant de Stephen Harper, affirmant que l’heure n’était pas à montrer du doigt des responsables ou à adresser des blâmes, mais plutôt à résoudre une crise humanitaire.

À ses côtés cependant, la chef du Parti vert s’est montrée plus critique envers le gouvernement Harper, affirmant que c’est lui qui a rendu si difficile de parrainer des réfugiés et qui n’a pas accueilli le nombre de réfugiés syriens qu’il s’était engagé à recevoir.

«La crise des réfugiés, on l’avait en plein visage. Et plusieurs fois, les partis d’opposition à la Chambre des communes ont questionné le ministre de l’Immigration et de la Citoyenneté, Chris Alexander, pour savoir comment il pouvait promettre d’amener 10 000 réfugiés au Canada. Où sont-ils? Ça fait longtemps que la promesse a été faite et très peu de réfugiés ont été acceptés», a tonné Mme May.

«Si vous voulez savoir pourquoi, allez sur le site Web d’Immigration Canada et essayez de voir comment vous pourriez parrainer un réfugié. Regardez les règles qu’ils ont établies aujourd’hui. Ce n’est pas ce que le Canada avait fait à l’époque des ‘Boat people’ du Vietnam. Les règles qui sont en place aujourd’hui rendent pratiquement impossible d’amener des réfugiés syriens au Canada. Il faut des moyens énormes et surmonter bien des obstacles», a critiqué la chef du Parti vert.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!