MONTRÉAL – Des syndiqués d’Unifor ont manifesté, vendredi, devant les bureaux d’Hydro-Québec, afin de préserver les emplois chez son fournisseur de câbles isolés General Cable.

L’entreprise de Saint-Jérôme emploie 80 travailleurs syndiqués et 25 cadres et employés de bureau. Elle exploite la dernière usine qui fabrique de tels câbles de basse et moyenne tensions au Québec, selon le syndicat. Ses concurrents sont américains.

Hydro-Québec a récemment lancé un appel d’offres pour la fourniture de câbles pour son réseau électrique. Et les syndiqués craignent pour leur emploi et pour la survie de leur usine si General Cable n’obtient pas le contrat d’Hydro-Québec. La société d’État est déjà le principal client de l’entreprise.

La société d’État a déjà reporté du 4 août au 8 septembre l’échéance de son appel d’offres pour ce contrat.

La section locale 589 du syndicat d’Unifor affirme qu’Hydro-Québec a agi ainsi «à la demande de concurrents qui se sont aperçus trop tard de la fin de l’appel d’offres». Elle en conclut qu’«Hydro-Québec semble vouloir favoriser des entreprises étrangères au risque de voir l’usine de Saint-Jérôme fermer».

Mais Hydro-Québec s’est défendue d’avoir eu cette intention. Elle affirme avoir repoussé cette échéance «à la demande de la majorité des fournisseurs tant internationaux que québécois», afin que tous aient le temps requis pour préparer la meilleure soumission possible. «Il est inexact d’affirmer que le report a été fait pour favoriser les entreprises de l’extérieur du Québec», martèle la société d’État dans un communiqué, rappelant qu’aucune décision n’a encore été prise quant à ce contrat.

Le syndicat continue de plaider sa cause. «Vous comprendrez l’importance que cette usine a dans une région comme celle de Saint-Jérôme et les répercussions dramatiques qu’une fermeture engendrerait», a-t-il affirmé.

Une pétition de 2278 signataires en faveur de l’usine General Cable avait été présentée à l’Assemblée nationale, en mai dernier, par le député local et chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!