Victor Biro Eaton Centre shooting. Victor Biro / La Presse Canadienne

TORONTO – Une fusillade qui a créé une panique généralisée au Centre Eaton de Toronto a causé la mort d’un homme de 25 ans et blessé sept autres personnes, peu avant 18 h 30 samedi soir.

La fusillade, survenue dans l’aire de restauration récemment rénovée du centre commercial, semble avoir été un acte ciblé auquel ont été mêlés, bien malgré eux, des spectateurs innoncents. Les autorités policières ont promis de traquer et capturer le suspect.

«C’était incroyable… C’est arrivé de nulle part», a raconté Marcus Neves-Polonio, un jeune homme de 19 ans qui travaillait dans l’aire de restauration lorsqu’il a vu un homme sortir un revolver et faire feu.

«Dès que j’ai entendu les coups de feu, je me suis caché sous la table.»

D’autres témoins de la fusillade se sont cachés derrière des chaises, dans les salles de toilettes et dans des boutiques avoisinantes. Plusieurs autres ont accouru vers les sorties.

Erica Solmes, gérante du restaurant McDonald de l’aire de restauration, n’a pas vu le tireur mais a été témoin du chaos qu’il a créé.

«Il y a probablement eu 15 coups de feu et ensuite, une véritable cohue de personnes», a-t-elle résumé.

Ce sprint effréné a mené des milliers de personnes dans les rues du coeur du centre-ville de Toronto.

«Soudainement, une meute de gens couraient en notre direction, criant et complètement excités», a décrit Hannah Stewart, une cliente âgée de 21 ans, qui magasinait dans le centre commercial au moment du drame. «Nous avons vu cette fille, assise sur le sol, avec du sang sur ses orteils.»

La fille en question semblait avoir été l’une des victimes et a déclaré à Hannah Stewart qu’elle venait tout juste d’être atteinte par balles.

À ce moment, de nombreux policiers sont arrivés à l’intérieur du centre commercial et ont donné l’ordre aux clients de sortir de l’édifice.

«Tous ces policiers sont arrivés à pleine vitesse et nous demandaient en criant de reculer», a également confié Mme Stewart. «Ils hurlaient et exigeaient que nous quittions les lieux en courant.»

Brett Lawrie, un joueur de troisième but des Blue Jays de Toronto, se trouvait également dans le centre commercial pendant la fusillade. Il a été l’un des premiers à faire état de la situation, via son compte personnel Twitter.

«Je suis pas mal convaincu qu’il vient d’y avoir des coups de feu à l’intérieur du Centre commercial Eaton. Wow, je viens de sortir à pleine vapeur», a-t-il écrit. «Des gens montent les escaliers à toute vitesse d’où nous étions… Wow wow wow.»

Parmi les sept survivants, les autorités policières ont indiqué qu’un homme de 20 ans et un garçon de 13 ans se trouvaient dans un état critique, tandis qu’une femme et un homme avaient subi de sérieuses blessures. Une femme enceinte, piétinée par les clients affolés, a commencé à avoir des contractions tandis qu’une autre a été effleurée par des balles de revolver.

Le maire Rob Ford a qualifié le crime de dévastateur.

«C’est une tragédie, c’est absolument terrible», a-t-il déclaré. «Il nous faut appréhender le tireur.»

Le chef de police Bill Blair a assuré que tout serait mis en oeuvre pour traîner le suspect devant les tribunaux.

«Peu importe l’endroit dans la ville de Toronto, décharger une arme à feu est un geste dangereux. Dans l’aire de restauration du Centre Eaton, un samedi soir, n’est pas seulement dangereux, c’est scandaleux», a-t-il lancé.

«Ce dédain injustifié pour la vie et la sécurité de compatriotes nous choque au plus haut point.»

Dans une déclaration officielle transmise tard samedi, le premier ministre de l’Ontario, Dalton McGuinty, a qualifié le drame de «violence insensée et tragique» et offert ses sympathies aux victimes et à leurs familles. Il a ajouté que cette tragédie allait inspirer les Ontariens à travailler encore plus fort pour rendre leurs communautés plus sûres.

«Nous allons réagir comme nous l’avons toujours fait — avec énergie, détermination et un désir de travailler ensemble, et travailler plus fort, pour bâtir des communautés qui sont sûres, sécuritaires et dénuées de violence armée», citait le communiqué.

Les policiers ont commencé à examiner les images des caméras de surveillance et à recouper les diverses déclarations de témoins dans l’espoir de dresser un portrait plus clair de la fusillade, et de la personne qui tenait l’arme à feu.

Une équipe spécialisée dans les homicides est demeurée à l’intérieur du centre commercial, samedi soir, ratissant le secteur dans l’espoir d’y découvrir des indices. Les officiers ont demandé à toute personne ayant de l’information au sujet du tireur de contacter la police.

La tragédie a provoqué la fermeture de plusieurs rues et une interruption partielle du service de métro qui dessert le centre commercial. Des rubans jaunes établissant un périmètre autour du centre commercial s’y trouvaient encore, tard samedi soir.

Ce n’est pas la première fois qu’une fusillade éclate dans les environs.

En 2005, une jeune fille de 15 ans avait été tuée et six autres personnes blessées, au lendemain de Noël, par des coups de feu tirés au nord du centre commercial.

Dans ce cas, Jane Creba, une adolescente de Toronto, magasinait avec des membres de sa famille sur la rue Yonge, possiblement la plus achalandée de la ville, lorsqu’elle a été prise au milieu de deux rafales de tirs impliquant deux bandes rivales.

«Ce qui s’est produit aujourd’hui nous rappelle certainement ce terrible moment. C’est quelque chose de très grave qui est survenu dans un endroit très fréquenté par le public, un lieu important de la ville de Toronto», a rappelé M. Blair.

«Lorsque de tels gestes de violence surviennent dans notre ville, nous devons tous nous lever et dire que nous ne les tolérerons pas.»

Aussi dans Actualités:

blog comments powered by Disqus