Darryl Dyck / La Presse Canadienne Thomas Mulcair

NIAGARA FALLS, Ont. — Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair maintient sa promesse d’équilibrer le budget de l’an prochain, mais ne dit pas clairement lesquels de ses engagements électoraux il est prêt à larguer si nécessaire.

Alors qu’il faisait campagne à Niagara Falls, en Ontario, M. Mulcair a été interrogé mercredi sur la flexibilité de sa promesse électorale centrale advenant le cas qu’un gouvernement néo-démocrate hérite d’une situation financière pire que prévue de la part du gouvernement conservateur sortant.

Si la capacité du NPD de financer ses promesses provoque un certain scepticisme chez ses rivaux, certains se demandent également si le parti pourrait utiliser ce scénario comme excuse pour ne pas tenir tous ses engagements électoraux.

«Eh bien, je crois que c’est une question tout à fait raisonnable, car je crois que c’est un classique, n’est-ce pas?» a répondu le chef du NPD en faisant référence à la vieille ruse politique qui consiste à blâmer le précédent gouvernement pour des finances publiques en moins bon état que ce à quoi l’on s’attendait.

Thomas Mulcair a répété qu’équilibrer le budget 2015-2016 demeurait une «priorité absolue».

«Si vous regardez tout ce dont nous avons parlé jusqu’à maintenant, nous sommes confiants — en fait, je suis certain que notre budget en sera un équilibré», a-t-il dit.

Le NPD a déjà annoncé qu’il annulerait les mesures de fractionnement du revenu pour les familles avec enfant mises en place par les conservateurs au coût annuel de 2 milliards de dollars, une somme qu’il utiliserait pour financer ses programmes.

Le parti s’est également engagé à augmenter les taux d’imposition des grandes entreprises — sans toutefois donner de chiffre — et à supprimer l’échappatoire fiscale dont profitent les pdg grâce aux options d’achat d’actions.

Mercredi, M. Mulcair a promis de nouveaux incitatifs financiers pour les constructeurs automobiles et pour leurs fournisseurs, assurant que cela allait stimuler l’emploi. Il a présenté des engagements de plusieurs dizaines de milliers de dollars dans ce secteur crucial pour l’Ontario.

Il en a profité pour attaquer les gouvernements libéraux et conservateurs passés sur leur bilan d’aide à l’industrie automobile. «L’an dernier, 24 milliards de dollars ont été investis dans l’assemblage automobile à travers le monde, a-t-il expliqué. Malgré tout, le Canada n’a pas réussi à attirer un seul dollar. Pas un. Zéro.»

Le chef néo-démocrate a ensuite répété qu’il croyait que les conservateurs feraient un déficit cette année, ce qui les empêcherait de remplir la promesse de longue date de Stephen Harper de dégager un surplus.

Thomas Mulcair terminait sa journée de campagne en Ontario en se rendant à Peterborough, une circonscription qui était détenue par l’ancien conservateur Dean Del Mastro, condamné en juin à un mois de prison pour avoir falsifié ses rapports de dépenses électorales en 2008. M. Mulcair a souligné que M. Del Mastro avait déjà été le porte-parole en matière d’éthique «spécialement choisi» par M. Harper.

«Vous méritez mieux que ça», a-t-il dit à l’assistance.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!