OTTAWA — Les coprésidents de la campagne nationale du Parti libéral du Canada, Dan Gagnier et Katie Telford,ont exprimé de sérieuses réserves par rapport au débat Munk sur la politique étrangère devant avoir lieu le 28 septembre à Toronto.

Dans une lettre destinée au président des débats Munk, Rudyard Griffiths, ils ont, d’abord, souligné la pertinence d’inviter les leaders des principales formations fédérales à échanger sur la politique étrangère «compte tenu de la crise dévastatrice des réfugiés syriens».

Par contre, ils ont laissé entendre que le chef libéral ne participerait pas à l’exercice à n’importe quel prix.

M. Gagnier et Mme Telford ont rappelé que Justin Trudeau a pris des engagements relatifs au respect des deux langues officielles du pays dans le cadre des débats.

Ils ont souligné que M. Trudeau avait «en principe» accepté de participer à la joute oratoire organisée à la fin du mois car il croyait qu’elle se déroulerait en français et en anglais.

Or, d’après un responsable de campagne libéral, il a été prévu qu’il n’y aura que de 15 à 20 pour cent des discussions qui se dérouleront dans la langue de Molière et en plus, le modérateur serait unilingue anglophone.

Deux autres éléments dérangent Dan Gagnier et Katie Telford.

Ils soutiennent avoir été informés que «seuls des Canadiennes et Canadiens triés sur le volet pourront assister au débat Munk et que des frais d’admission seront perçus».

Or, d’après les coprésidents de la campagne nationale du PLC, tous les électeurs devraient avoir le droit de s’y présenter.

«Les jours où les dirigeants politiques débattaient devant l’élite la plus riche du pays sont révolus», ont-ils écrit.

M. Gagnier et Mme Telford ont insisté sur le fait que les préoccupations qu’ils soulèvent leur apparaissent «très graves».

Ils ont noté que la décision de Justin Trudeau de se joindre au débat Munk dépendra des ajustements qui seront éventuellement proposés pour apaiser leurs inquiétudes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!