OTTAWA — Thomas Mulcair a envoyé au front l’ancien ministre des Finances de la Saskatchewan, Andrew Thomson, pour démontrer que la promesse du Nouveau Parti démocratique (NPD) d’équilibrer le budget est réaliste, mais les libéraux ont ressorti un rapport de la vérificatrice provinciale qui indique qu’il a cumulé des déficits.

Dans un rapport spécial réalisé en 2013, la vérificatrice de la Saskatchewan à l’époque, Bonnie Lysyk, affirmait que si les normes comptables avaient été suivies, la province aurait présenté des déficits budgétaires durant neuf des 10 années précédentes. Pourtant, le gouvernement soutenait qu’il avait un budget équilibré chaque année.

Selon un tableau inclus dans le rapport, les budgets Thomson de 2006 et 2007 présentaient des déficits de 253 et 310 millions $, respectivement. M. Thomson se présente contre le ministre conservateur des Finances, Joe Oliver, dans la circonscription Eglinton-Lawrence à Toronto.

Les néo-démocrates rétorquent que Mme Lysyk analysait les budgets projetés, et ils réfèrent à un autre tableau de son rapport qui, soutiennent-ils, démontre que M. Thomson a même fait mieux que les projections et qu’il a cumulé des surplus de 600 millions $ et de 1,9 milliard $ lors de ces deux années.

C’est une question «de comptabilité et de présentation», a dit Andrew Thomson en conférence de presse, jeudi.

Mme Lysyk, qui est maintenant la vérificatrice générale de l’Ontario, a refusé de commenter.

Dans le rapport, Mme Lysyk souligne que les gouvernements successifs de la Saskatchewan, peu importe le parti, ont pris l’habitude de dévoiler deux rapports financiers par année.

Les deux sont publics, mais le gouvernement insiste sur un qui n’inclut qu’une partie des activités financières du gouvernement et qui peut donc aisément être manipulé «pour dépeindre le portrait financier que veut le gouvernement».

Si la Saskatchewan ne dévoilait qu’un seul document, qui inclut la totalité des activités financières en suivant la même procédure comptable «sommaire» qui est la «norme» dans toutes les autres provinces et au fédéral, a écrit Mme Lysyk, «il aurait présenté des déficits budgétaires plutôt que des ‘budgets équilibrés’ lors de neuf des dix dernières années».

Le NPD n’a pas tardé à réagir et a fait circuler une vidéo de la candidate sortante Chrystia Freeland, coprésidente du conseil consultatif économique de Justin Trudeau, qui réfute un plan de sauvetage financier de l’industrie automobile durant la grande récession de 2008. Mme Freeland était alors journaliste.

Dans une publicité en ligne, le NPD utilise un extrait de cette vidéo et conclut: «Si les libéraux ne se battaient pas pour les emplois canadiens avant d’être élus, ils ne le feront définitivement pas s’ils gagnent.»

Le NPD a aussi repêché d’anciennes citations d’un des candidats économiques vedettes du Parti libéral, le Québécois Jean-Yves Duclos, dont une où il laisse entendre que les investissements en infrastructures contribuent peu à stimuler l’économie et mènent au gaspillage de précieux fonds publics, ce qui est en complète contradiction avec le discours de son chef.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!