QUÉBEC – Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau n’a pas la même position qu’un de ses porte-parole concernant le droit de lock-out aux municipalités.

M. Péladeau a répété, mercredi et jeudi, qu’il était prématuré d’exclure cette option qui pourrait contribuer au rééquilibrage du rapport de force qu’il souhaite lors de négociations de conventions collectives.

Des municipalités ont voté en faveur d’un nouveau pacte fiscal, mercredi, qui devrait leur octroyer le pouvoir de décréter les conditions de travail de leurs employés en cas d’impasse des négociations.

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a cependant jugé que le droit au lock-out est incompatible avec les responsabilités des municipalités.

Après s’être abstenu de commenter ce point de vue, mercredi, M. Péladeau a également refusé de dire s’il partage le point de vue de son député, Sylvain Gaudreault, porte-parole du dossier municipal.

Mercredi, M. Gaudreault a rappelé que le lock-out n’a jamais été une option privilégiée par le caucus péquiste.

«Nous on a toujours dit non à ça», a-t-il dit.

En 2012, l’ex-chef péquiste Pauline Marois avait rejeté la demande du maire de Québec, Régis Labeaume, d’accorder aux municipalités le droit au lock-out.

Lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale, jeudi, M. Péladeau a pris ses distances de l’avis formulé par M. Gaudreault.

«C’est l’opinion de Sylvain», a-t-il dit.

M. Péladeau a répété qu’il attendra de voir le pacte fiscal avec les municipalités, qui n’a pas encore été rendu public, avant de commenter.

«Les ministres libéraux disent une chose et font fréquemment le contraire, a-t-il dit. On va devoir regarder en quoi ça consiste, parce que sinon c’est très hypothétique. Chose certaine, nous au Parti québécois, nous sommes tout à fait d’avis que le monde municipal a besoin d’autonomie.»

Le chef péquiste s’est toutefois permis un commentaire concernant une compression récurrente de 300 millions $ dans les transferts aux municipalités, une information qui a circulé depuis le début de la semaine concernant le pacte.

«Nous constatons que le gouvernement libéral a décidé de couper 300 millions $ par année dans le monde municipal, ça c’est problématique, c’est des moyens financiers qui sont limités», a-t-il dit aux journalistes.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est de son côté favorable à donner encore plus de pouvoir de négociation aux municipalités.

M. Legault croit qu’il faut évaluer si le meilleur moyen est de doter les villes du pouvoir de décréter ou de celui de mettre leurs employés en lock-out.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!