Adrian Wyld/La Presse Canadienne De gauche à droite : Gilles Duceppe, Stephen Harper, Thomas Mulcair, Elizabeth May et Justin Trudeau

Les chefs des cinq principaux partis qui briguent les votes à l’élection fédérale
du 19 octobre se sont réunis hier pour débattre en français. Un débat houleux qui a souvent digressé des cinq thèmes établis par Radio-Canada et La Presse. Synthèse.

Santé
Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a ouvert le bal en mentionnant vouloir collaborer avec les provinces pour «offrir des meilleurs services». Il s’est dit d’accord avec la chef du Parti vert (PVC), Elizabeth May, qui affirmait qu’un système d’assurance médicaments permettrait d’économiser 11 G$ par année en faisant des achats groupés. Le chef des libéraux (PLC), Justin Trudeau, a accusé M. Mulcair d’avoir des ambitions centralisatrices, et a affirmé que son parti serait un «meilleur partenaire» des provinces que le gouvernement du Parti conservateur (PCC). Stephen Harper, chef du PCC, a rétorqué que son parti avait augmenté les transferts en santé aux provinces sans augmenter les impôts et sans emprunter. Le chef du Bloc québécois (BQ) a plutôt affirmé que les transferts fédéraux ne cessent de diminuer.

Le niqab
Mme May a rejeté le débat sur le voile intégral (niqab) durant les cérémonies d’assermentation, disant qu’il y a des enjeux plus importants. Harper a réitéré sa position contre le port du voile durant les cérémonies officielles. M. Mulcair l’a accusé de «cacher son bilan derrière le niqab». M. Trudeau a dit que le fédéral ne devrait pas «imposer à une femme comment elle ne doit pas être habillée». M. Duceppe a accusé MM. Mulcair et Trudeau «d’abandonner l’égalité homme-femme» pour «gagner des votes à Toronto».

«Quel est l’impact du niqab sur l’éco­nomie? Sur l’environnement? Sur les chômeurs?» – Elizabeth May

Le Sénat
M. Trudeau a affirmé qu’on peut réformer le Sénat en éliminant la partisanerie à la Chambre haute, sans entrer dans un débat constitutionnel. M. Harper a renchéri, mentionnant que les Canadiens ne veulent pas «retourner à l’époque des négociations constitutionnelles». M. Mulcair a encore une fois promis d’abolir le Sénat. M. Duceppe a rétorqué en disant : «Si M. Muclair parle d’une institution vétuste, on peut commencer par la monarchie.» Mme May a affirmé vouloir un Sénat élu au vote proportionnel.

«J’aimerais savoir si Tom parle à Thomas des fois.» – Gilles Duceppe, en accusant Thomas Mulcair de tenir un discours au Québec et un autre discours au Canada, où il est connu sous le nom de «Tom».

Réfugiés
M. Harper a défendu le bilan de son parti, mentionnant que le Canada doit agir de façon «généreuse mais responsable». M. Trudeau a plutôt affirmé que le Canada a raté toutes ses cibles d’accueil de réfugiés, et a promis d’accueillir 25 000 réfugiés immédiatement.
M. Mulcair a promis d’acquiescer à la demande de l’Organisation des Nations unies (ONU), à savoir que le Canada accueille 9 000 réfugiés syriens d’ici Noël. Mme May a déclaré que le système d’accueil des réfugiés est trop réglementé. M. Duceppe a ajouté que les provinces et les municipalités sont prêtes à accueillir plus de réfugiés, mais que le fédéral ne leur permet pas de le faire.

«Monsieur Duceppe, c’est un débat passé date.» – Stephen Harper, lorsque le chef du Bloc québécois a évoqué la souveraineté du Québec

Se diversifier
MM. Duceppe et Mulcair déplorent que Harper ait tout misé sur le secteur pétrolier.
M. Duceppe estime que les banques et les pétrolières devraient payer plus d’impôts.
MM. Trudeau et Mulcair croient qu’il faut miser sur le secteur manufacturier. Harper estime que tous les secteurs croissent sauf le secteur énergétique, grâce à des mesures pour le secteur manufacturier. M. Trudeau veut plus de routes pour soutenir le marché.
M. Mulcair estime que les entreprises doivent «payer leur juste part d’impôts».

«[Trudeau] fait une longue liste de dépenses […], mais pour tout le reste, il y a MasterCard.» – Thomas Mulcair

Mousser l’économie
M. Duceppe ne veut pas de mesures d’austérité, il souhaite investir dans les infrastructures et ne veut pas toucher à l’assurance-emploi. M. Trudeau veut aider les jeunes et les aînés à sortir de la pauvreté et investir dans les infrastructures. M. Harper désire baisser les taxes et les impôts, et miser sur l’équilibre budgétaire. Il refuse de hausser les dépenses. M. Mulcair ne veut pas faire peser la dette sur les générations futures et compte mettre fin aux échappatoires fiscales. Mme May veut aider les municipalités en investissant dans les infrastructures.

«Les Canadiens ont besoin d’investissements maintenant, pas dans cinq mandats.» – Justin Trudeau

Transport pétrolier
M. Mulcair déplore que le Canada ne soit pas sur le marché de l’énergie propre. Harper estime que les pipelines peuvent être très sécuritaires, mais en établissant des conditions. Mme May juge qu’au Québec, un seul accident pétrolier pourrait contaminer tous les cours d’eau. M. Duceppe fait valoir que tout ce qui circule sur le territoire québécois devrait être autorisé par l’Assemblée nationale et non Ottawa. M. Trudeau croit que le Canada a besoin de transport énergétique pour créer des emplois, mais sans mettre en danger l’environnement. M. Mulcair estime que l’oléoduc Keystone va exporter des emplois aux États-Unis. M. Duceppe soutient qu’Énergie Est ne fera pas diminuer le transport ferroviaire.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!