EDMONTON – Un détenu qui a blessé un shérif par balle en tentant de s’enfuir d’un palais de justice de l’Alberta a été condamné, vendredi, à passer 14 années derrière les barreaux.

La Couronne et la défense avaient tous les deux recommandé cette sentence pour l’homme de 32 ans, Clayton Ness, qui a plaidé coupable à neuf chefs d’accusation, dont voies de fait graves.

L’exposé des faits indique que le shérif blessé, Allan Buttree, et son partenaire, John Griffiths, ont transporté quatre prisonniers au palais de justice de Whitecourt, à environ 180 kilomètres au nord-ouest d’Edmonton, le 26 février 2013.

En chemin, ils ont réalisé qu’ils avaient oublié les clés des cellules du palais de justice, mais ont décidé de poursuivre leur route parce qu’ils étaient en retard. Les détenus ont d’abord été menottés avant d’être installés dans leur cellule, mais leurs menottes ont été retirées plus tard pour qu’ils puissent manger.

Mesurant 1,98 mètre et pesant 126 kilos, Clayton Ness, en compagnie d’un autre prisonnier, a facilement réussi à attaquer John Griffiths, qui était âgé de 71 ans. Celui-ci a crié à l’aide, alors que les détenus tentaient de s’emparer de son arme. Son partenaire âgé de 44 ans, qui était assis en cour, s’est précipité dans la pièce. Alors que les deux agents tentaient de maîtriser les détenus, le deuxième prisonnier a réussi à prendre l’arme de M. Griffiths et a tiré des coups de feu à travers un mur.

Clayton Ness a alors pris l’arme d’Allan Buttree et, au moment où le shérif tentait de la reprendre, il a tiré un coup de feu. Le shérif est tombé, hurlant de douleur, la main ensanglantée.

Les détenus ont réussi à s’enfuir avec la camionnette des shérifs, mais ont été retrouvés peu après.

Allan Buttree a indiqué à la cour qu’il avait dû subir quatre opérations à la main droite et qu’il se remettait toujours de sa blessure. Il n’a pas encore pu reprendre le travail.

Le deuxième détenu impliqué dans cette affaire devrait subir son procès plus tard cette année.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!