OTTAWA – Un examen éthique de la Chambre haute sur le sénateur Don Meredith, un ancien membre du caucus conservateur, est suspendu le temps que d’autres autorités enquêtent sur des allégations de contacts sexuels avec une adolescente.

La conseillère sénatoriale en éthique, Lyse Ricard, a confirmé qu’elle avait suspendu l’enquête sur M. Meredith, car elle estime qu’il est dans le meilleur intérêt public qu’elle n’interfère pas avec l’autre enquête en cours.

Elle n’a pas précisé quelle instance menait cette enquête, mais la clause du code d’éthique du Sénat citée par Mme Ricard n’entre en vigueur que lorsque la police demande au conseiller de suspendre son enquête.

M. Meredith a quitté le caucus conservateur en juin après que le journal «Toronto Star» eut fait état d’allégations selon lesquelles il aurait eu des contacts sexuels avec une fille de 16 ans.

La jeune femme a dit au journal que M. Meredith croyait initialement qu’elle avait 18 ans, mais qu’elle lui a dévoilé son véritable âge dans les six semaines suivant leur première rencontre, dans un événement du Mois de l’histoire des Noirs, à Ottawa.

Celle qui a maintenant 18 ans a dit au Star avoir eu des conversations sexuellement explicites en ligne avec le sénateur et que leur relation a rapidement évolué vers des baisers et des contacts, avant qu’elle ne soit majeure.

Elle a affirmé qu’ils avaient eu des relations sexuelles deux fois après son anniversaire de 18 ans. Plus tôt cette année, M. Meredith, un pasteur pentecôtiste de 50 ans, marié et père de deux enfants, a mis fin à leur relation, a-t-elle ajouté.

Les allégations contre lui ne sont pas prouvées et aucune plainte formelle n’a été déposée au Sénat.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!