Jacques Boissinot Michelle Courchesne, Jean Charest. Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC – Une autre affaire de permis de garderie privée met en cause la ministre de l’Éducation et présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne.

Le Parti québécois accuse la ministre d’avoir attribué des permis à des amis libéraux dans des circonscriptions où il y avait pourtant un surplus de places en garderie.

Il s’agit de neuf projets de garderie qui ont été autorisés souvent contre l’avis des fonctionnaires du ministère de la Famille, dont Mme Courchesne était responsable à l’époque.

Les promoteurs de ces projets étaient des organisateurs et des donateurs du Parti libéral, qui ont contribué pour 219 000 $ à la caisse du parti, selon le député péquiste Nicolas Girard, qui a soulevé l’affaire à la période de questions mercredi.

«Elle (Michelle Courchesne) a octroyé des places où il n’y avait pas de besoin et contre l’avis de son ministère, a-t-il dit. Qui étaient les bénéficiaires de ces neuf projets? Eh oui! des donateurs libéraux et des organisateurs libéraux. Quel était l’intérêt de la ministre d’octroyer des places dans des municipalités en surplus de places, si ce n’est les 219 000 $ que ça rapportait à la famille libérale?»

Parmi les promoteurs retenus figurent les frères Cola, des entrepreneurs spécialisés notamment dans le domaine de l’abattage des bovins, qui ont néanmoins obtenu des permis de garderie. À eux seuls ils ont versé 174 000 $ au PLQ, selon les données du PQ.

Nicolas Girard a même brandi en Chambre une photo d’eux en compagnie de Jean Charest pour étayer qu’ils avaient «pas mal d’influence» auprès du premier ministre.

«(Les frères Cola) ont obtenu des places dans le comté de Nelligan, même si le projet n’était pas recommandé par les fonctionnaires, mais qui en plus était dans un territoire en surplus de places. Deux feux rouges allumés pour ce projet de garderie des Cola, mais la députée de Fabre les a ignorés. Ma question est donc simple: c’était sa décision ou celle du premier ministre?»

Les frères Cola ont ainsi pu ouvrir le Centre éducatif à ciel ouvert de l’Île-Bizard, contre l’avis des fonctionnaires.

Il en a été de même pour le Centre éducatif Grandir ensemble de Montréal, l’Académie Marie-Laurier à Saint-Hubert, Les petits génies du préscolaire à Terrebonne et de l’Académie éducative St-Laurent à Outremont, tous des projets retenus sans avoir été recommandés par le ministère, mais dont les promoteurs étaient des contributeurs à la caisse du PLQ.

D’autres projets aussi pilotés par des donateurs du PLQ ont toutefois été recommandés par le ministère, même s’ils étaient situés dans des zones en surplus de places: la garderie P’tits rubis Greenfield Park, la garderie Unik de Gatineau, la garderie Les petits Boubous à Saint-Jean-sur-Richelieu et la garderie La Fée des neiges à Montréal.

L’actuelle ministre de la Famille, Yolande James, a pour sa part répliqué que le député faisait du salissage.

Rappelons que sa prédécesseure, Michelle Courchesne, a déjà été sévèrement critiquée par le vérificateur général pour l’attribution des permis de garderie.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus