TOFINO, C.-B. – Une équipe de plongeurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a repris ses recherches, mercredi, près des côtes de Vancouver pour retrouver un bateau d’observation de baleines qui a chaviré près de l’île Vargas, dimanche dernier, faisant cinq morts.

Les fortes vagues à proximité de la ville de Tofino avaient empêché les autorités de mener leurs opérations en matinée, mais les vents se sont calmés depuis.

Cinq personnes de nationalité britannique âgées entre 18 et 76 ans sont mortes lorsque le Leviathan II a chaviré, et un homme d’origine australienne manque toujours à l’appel. Les membres de sa famille sont d’ailleurs arrivés à un aéroport près de Tofino, mercredi, mais ils n’ont pas voulu commenter la disparition de leur proche.

Selon le Bureau de la sécurité du transport (BST), une enquête préliminaire a révélé que les passagers s’étaient rassemblés sur le pont supérieur du bateau lorsqu’il avait été frappé par une vague du côté opposé, ce qui l’aurait amené à chavirer et à projeter à l’eau les 27 passagers et membres de l’équipage.

Le directeur des enquêtes maritimes du BST, Marc-André Poisson, a indiqué au cours d’une conférence de presse, mardi, que la position des passagers et des membres de l’équipage aurait «relevé le centre de gravité du navire, affectant de ce fait sa stabilité».

Il a ajouté que «les conditions maritimes ont fait en sorte qu’une vague s’est approchée du navire par la hanche tribord». Le navire est ensuite «tombé de travers» avant de chavirer.

Le BST tentait d’ailleurs de repêcher les appareils électroniques du navire qui permettraient d’identifier le lieu exact de l’accident et la condition du bateau lorsqu’il a chaviré.

Le bureau du coroner de la Colombie-Britannique a identifié les cinq victimes — dont les Britanniques David Thomas, 50 ans, et son fils Stephen, 18 ans, ainsi que Nigel Hooker, 63 ans. Jack Slater, 76 ans, vivait à Toronto, alors que Katie Taylor, 29 ans, habitait Whistler, en Colombie-Britannique.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!