Métro

BOSTON – Les gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre sont devenus des fans de l’hydroélectricité québécoise et ne se cachent pas pour le dire. «Il y a un meilleur futur pour la Nouvelle-Angleterre si nous ouvrons la porte au Québec», a plaidé vendredi le gouverneur du Maine, Paul LePage, lors de la 23e Conférence annuelle sur l’énergie, le commerce et la technologie à Boston.

Ce dernier a affirmé que la construction d’une ligne de transport d’électricité à partir de l’Est du Canada est la clé pour aider la Nouvelle-Angleterre à diminuer ses tarifs d’électricité et à dynamiser son économie locale.

«L’avenir est en partenariat avec le Canada, notre famille du Nord», a-t-il soutenu devant un parterre composé de gens d’affaires, de hauts fonctionnaires et de spécialistes de l’énergie.

Même son de cloche du côté du gouverneur du Massachusetts, Charles Baker. «Je continue de croire que l’hydroélectricité du Canada est un complément extraordinaire à nos ressources existantes», a-t-il soutenu après son entretien avec le premier ministre Philippe Couillard, vendredi matin.

Le gouverneur du Massachusetts a d’ailleurs dit espérer devenir le second État de la Nouvelle-Angleterre, après le Vermont, à signer une entente à long terme avec Hydro-Québec pour de l’approvisionnement en hydroélectricité.

S’il n’en tient qu’à lui, le Massachusetts devrait avoir signé une entente à long terme et recevoir d’importantes nouvelles quantités d’hydroélectricité canadienne d’ici «quatre à cinq ans».

Pour le premier ministre Couillard, il ne fait pas de doute que l’on est à un «point tournant» pour l’hydroélectricité québécoise en Nouvelle-Angleterre.

«Je crois que l’on a réussi à bien expliquer le message du Québec dans le cadre des besoins de la région de la Nouvelle-Angleterre. On a présenté l’hydroélectricité comme une solution à leur défi, notamment d’énergie fiable, stable, prévisible, mais également basse en carbone», a-t-il dit après son discours à la conférence annuelle.

Autre bonne nouvelle pour Hydro-Québec: le Massachusetts, le Rhode Island et le Connecticut ont lancé jeudi un appel de propositions pour davantage «d’énergie propre» dans leur marché. Hydro-Québec compte évidemment soumettre une proposition en compagnie de son partenaire américain Eversource Energy.

Cette proposition comprend notamment l’ajout d’une nouvelle ligne de transport d’électricité entre le Québec et le sud du New Hampshire. Le projet intitulé Northern Pass comprend un tronçon de 80 km au Québec et d’environ 300 km en Nouvelle-Angleterre. Son coût est estimé à 1,6 milliard $.

Gary Sutherland, porte-parole d’Hydro-Québec, a confié qu’il pourrait s’agir «d’un des plus gros contrats de l’histoire d’Hydro-Québec» si le projet se concrétisait.

«On est au bon moment, au bon endroit», s’est félicité le premier ministre Couillard en expliquant que la fermeture de certaines centrales nucléaires en Nouvelle-Angleterre créait d’importantes opportunités pour l’hydroélectricité québécoise.

«Comme le gouverneur du Massachusetts l’a expliqué, plusieurs milliers de mégawatts sortent du réseau au cours des prochaines années, a rappelé le premier ministre. Et il y a une orientation nette vers les marchés renouvelables. Notre tâche ici, c’est de convaincre les législateurs que l’hydroélectricité est une source fiable qui doit être la base de tout le portefeuille d’énergies renouvelables.»

Autre signe positif: le gouverneur Baker a également déposé deux projets de loi plus tôt cet été pour accroître la part d’hydroélectricité dans le cocktail énergétique de son État. Et il dit espérer que ces derniers se transforment en loi sur l’énergie dès janvier ou février 2016.

«J’ai toujours dit que notre pétrole à nous, les Québécois, c’est l’hydroélectricité, a conclu M. Couillard à la fin de sa mission à Boston. On a une richesse incroyable. On est les quatrièmes producteurs au monde dans une période où les gens cherchent de plus en plus des solutions basses en carbone.»

Selon les lui, les projets discutés en Nouvelle-Angleterre représentent «au minimum plusieurs centaines de millions de dollars».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!