WINNIPEG – Le leader du gouvernement manitobain a présenté ses excuses, mercredi, après qu’un député conservateur eut été traité de «fasciste» par un ministre du Nouveau Parti démocratique.

Le critique de l’opposition Reg Helwer, qui est de descendance allemande, a rapporté qu’il était en train de critiquer le discours du Trône en Chambre lorsque le ministre des Affaires municipales Drew Caldwell l’a interpellé grossièrement.

La remarque n’a pas été enregistrée sur les bandes audio, mais M. Helwer a réagi au commentaire.

Au Parlement, M. Helwer a fait valoir que l’insulte prononcée par le ministre était inacceptable et que cela avait terni sa réputation.

«Le mot fasciste colporte la colère, (…) la haine. C’est un mot rempli d’émotions», a déclaré Reg Helwer.

«J’ai beaucoup d’amis dans la communauté juive. Je dois maintenant répondre à leurs questions lorsque quelqu’un m’appelle un fasciste.»

«Cela a un impact sur mon intégrité, ma réputation et la façon dont les gens me perçoivent comme membre de cette législature.»

M. Helwer a dit qu’il s’était demandé s’il était important de soulever la question et a décidé qu’elle était trop importante pour être ignorée. Il a dit que les gens parlaient de l’affaire dans sa circonscription à Brandon. D’ailleurs, M. Caldwell est également titulaire d’un siège dans cette ville.

«Je ne peux témoigner à quel point ce mot horrible, utilisé par le député de Brandon East, a un effet sur ma réputation», a dit avec émotion M. Helwer.

«J’en ai entendu des mots comme cela dans la cour de récréation parce que Helwer est un nom allemand.»

«Mes grands-parents sont venus de l’Allemagne après la Première Guerre mondiale… Le fascisme ne faisait pas partie de leur monde à cette époque.»

De son côté, M. Caldwell n’a pas immédiatement répondu à l’allégation. Un porte-parole a dit qu’il assistait à des funérailles, mercredi.

Le leader en Chambre, Dave Chomiak, a présenté des excuses au nom de son collègue.

M. Chomiak a qualifié le terme utilisé de répréhensible et a ajouté qu’il était inadmissible que quiconque se fasse traiter de ce nom au Parlement.

À l’extérieur de la Chambre, M. Chomiak a dit qu’il n’avait pas parlé avec M. Caldwell mais qu’il n’avait aucune raison de douter de la parole de M. Helwer.

M. Caldwell a probablement été «chargé d’émotions» et présentera des excuses, a-t-il dit.

«Il s’agit d’un mot horrible, d’un mot affreux. Il ne devrait pas être utilisé dans le discours public.»

Le président Daryl Reid a qualifié cette affaire de «très grave» et a dit qu’il étudierait l’échange entre les deux hommes. M. Reid a suggéré que si M. Caldwell voulait présenter des excuses à l’Assemblée législative, il devait le faire lui-même.

«Il s’agit de notre lieu de travail, a-t-il dit. Nous voulons nous assurer que nous nous conduisions de manière digne et que nous agissions avec respect envers les autres».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!