OTTAWA – Les néo-démocrates remettent de l’avant une version atténuée d’une de leurs mesures phare afin de modifier une de celles des libéraux, la baisse d’impôt pour la classe moyenne.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) considère que le plan fiscal du gouvernement libéral profite trop aux plus riches et pas assez aux moins nantis de la classe moyenne.

Le député Guy Caron suggère donc de procéder à une «modification toute simple» du plan, qui serait financée par une modeste hausse du taux d’imposition des grandes sociétés.

Les libéraux ont promis de faire passer de 22 à 20,5 pour cent le taux d’imposition des Canadiens dont le revenu annuel se situe entre 44 701 $ et 89 401 $ et de créer une nouvelle tranche d’imposition de 33 pour cent pour ceux dont le salaire annuel dépasse les 200 000 $.

Dans une lettre envoyée au ministre des Finances, Bill Morneau, le député Caron plaide que cela «ne donnerait strictement rien aux 67,5 pour cent des contribuables les moins bien nantis» et «profiterait surtout aux individus qui gagnent entre 89 000 $ et 200 000 $».

Il suggère donc de réduire le taux d’imposition sur la première tranche (revenu imposable de 44 700 $ et moins) plutôt que de réduire l’impôt sur la deuxième tranche d’imposition (de 44 701 $ à 89 401 $), «afin d’alléger le fardeau fiscal d’un plus grand nombre de personnes».

La différence serait «facilement compensée par une très légère hausse de l’impôt des grandes entreprises d’un demi-point de pourcentage», écrit M. Caron.

Au NPD, on n’a pas voulu dire si les députés du parti voteront pour ou contre la mesure, que le Parti libéral du Canada (PLC) souhaite faire adopter au cours des prochains jours à la Chambre des communes.

Le gouvernement libéral compte déposer très bientôt une motion de voies et moyens, ce qui permettrait à la mesure d’entrer en vigueur à compter du 1er janvier 2016.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!