HO Tina Fontaine. HO / La Presse Canadienne

WINNIPEG – L’homme accusé d’avoir tué Tina Fontaine, une adolescente autochtone dont le corps a été retrouvé dans une rivière au Manitoba, ne sera pas de retour devant le tribunal avant le début de la nouvelle année.

Raymond Cormier a renoncé à comparaître devant un juge de Winnipeg, mardi, et l’audience a été reportée au 8 janvier.

Une accusation de meurtre non prémédité a été déposée contre Cormier en lien avec la mort de Tina Fontaine, dont la dépouille enroulée dans un sac a été découverte dans la rivière Rouge le 17 août 2014.

L’avocate de l’accusé de 53 ans, Pam Smith, a annoncé que son client contesterait l’accusation et qu’il ne retournerait pas en cour avant d’avoir présenté une demande de libération sous caution.

Aux prises avec des problèmes de toxicomanie, Raymond Cormier a passé la moitié de sa vie derrière les barreaux.

Un rapport rédigé en 2012 par la Commission des libérations conditionnelles montre que le quinquagénaire avait à l’époque plus de 80 condamnations à son actif, dont 17 pour des infractions impliquant de la violence. Des documents judiciaires indiquent qu’il a été emprisonné pendant plus de 23 ans depuis 1978 pour divers crimes, dont voies de fait et vol.

Le meurtre de Tina Fontaine avait retenu l’attention des médias en 2014 alors que de nombreuses personnes réclamaient déjà une enquête publique sur l’assassinat et la disparition des femmes autochtones au pays.

La jeune fille âgée de 15 ans n’était à Winnipeg que depuis quelques semaines lorsqu’elle a été portée disparue au début du mois d’août 2014. Auparavant, elle résidait avec sa grande tante dans la réserve de la Première nation Sagkeeng, à environ 70 kilomètres au nord-est de la capitale manitobaine.

Selon la police, Tina avait subi des abus durant son séjour dans la ville, et ce, même si elle était sous la responsabilité de Services à la famille Manitoba. Elle aurait rencontré Cormier dans une résidence qu’ils fréquentaient tous les deux.

D’après des documents judiciaires, l’adolescente a été assassinée vers le 10 août 2014, soit 10 jours après avoir fugué de son foyer d’accueil. Des policiers l’ont appréhendée deux jours avant qu’elle ne soit tuée, mais ne l’ont pas placée en détention.

La famille Fontaine affirme qu’elle a été retrouvée intoxiquée dans une ruelle du centre-ville quelques heures plus tard et transportée à l’hôpital. Elle a ensuite été prise en charge par des travailleurs sociaux qui l’ont emmenée dans une chambre d’hôtel dont elle s’est aussi échappée peu de temps avant d’être tuée.

Le Manitoba a depuis cessé d’héberger temporairement des jeunes sous la protection des services sociaux dans des établissements hôteliers.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!