Jacek Szymanski/THE CANADIAN PRESS Un hélicoptère Cyclone CH-148

OTTAWA – L’armée de l’air croit que seulement quatre vieux hélicoptères Sea King CH-124 iront rejoindre à la casse en 2016 les quatre autres quinquagénaires déjà retirés de la circulation.

Le porte-parole de la Défense nationale Daniel Le Bouthillier a indiqué mardi que les quatre vénérables hélicoptères, qui comptent plus de 50 années de loyaux services, avaient été officiellement «radiés» de l’inventaire mais qu’ils n’avaient pas encore été acheminés au parc à ferraille.

À l’heure actuelle, environ 26 appareils Sea King sont toujours en activité. Plus tôt cette semaine, un haut responsable du gouvernement indiquait que la livraison des hélicoptères Cyclone CH-148 devait être accélérée si l’on voulait éviter un hiatus entre l’arrivée des nouveaux appareils et la mise au rancart des vieux Sea King.

Le précédent gouvernement conservateur, déterminé à livrer la marchandise, avait approuvé au printemps dernier un programme de 500 000 $ destiné à assurer une transition harmonieuse, sans déficit technologique pour les pilotes et le personnel de maintenance. On craignait alors que les Sea King soient retirés avant même que les nouveaux appareils Cyclone ne soient prêts.

La livraison des 28 hélicoptères Cyclone a connu des ratés et des reports depuis la commande initiale, en 2004. On estime maintenant qu’ils ne devraient pas être tous opérationnels avant 2021 — soit trois ans après la mise au rancart du dernier Sea King.

Six Cyclone CH-148 sont déjà arrivés à la base aérienne de Shearwater, en Nouvelle-Écosse, et deux autres doivent être livrés d’ici la fin de l’année.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!