OTTAWA — L’agence fédérale des renseignements électroniques a violé les lois sur la protection de la vie privée en partageant des informations sur les Canadiens avec ses partenaires de l’étranger, a tranché jeudi un commissaire fédéral.

Dans son rapport annuel, Jean-Pierre Plouffe a indiqué que le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) avait transmis des informations — mieux connues sous le nom de métadonnées — à ses homologues des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Les métadonnées sont des informations associées à des communications, dont des numéros de téléphone et des adresses de courriel, mais le contenu des communications n’est pas divulgué.

Le CST utilise des technologies de pointe pour intercepter, trier et analyser les correspondances étrangères en vue de récolter des renseignements utiles au gouvernement fédéral.

Des documents coulés en 2003 par Edward Snowden, un ancien employé de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), ont révélé que l’agence avait eu accès à une immense quantité de courriels, de séances de clavardage et d’autres informations reçues d’entreprises du web, en plus des données sur les appels téléphoniques. La NSA est une proche alliée du CST.

La révélation de ces informations par Edward Snowden avait provoqué une controverse dans la population et dans le milieu politique, qui s’inquiétaient du fait que le CST utilise ses pouvoirs pour espionner les Canadiens.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!