Liam Richards/La Presse Canadienne Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall

Le premier ministre de la Saskatchewan croit que Justin Trudeau doit se prononcer sur le dossier de l’oléoduc Énergie Est et soutenir le secteur de l’énergie.

La semaine dernière, le premier ministre du Canada a déclaré que son rôle dans des dossiers controversés comme les oléoducs était de réunir les gens et d’assurer un meilleur avenir pour les Canadiens.

Le leader saskois, Brad Wall, n’est pas de cet avis.

“Nous avons un arbitre. C’est l’Office national de l’énergie et les instances de réglementation, et ils devraient faire leur travail”, a-t-il affirmé lundi après un discours au congrès de l’Association des municipalités urbaines de la Saskatchewan.

“Mais au gouvernement national et au bureau du premier ministre, nous avons besoin d’un supporter pour le secteur de l’énergie, spécialement pour un projet qui est, aux deux-tiers, une conversion.”

Justin Trudeau avait fait ces commentaires à Montréal, après sa rencontre avec le maire Denis Coderre. M. Coderre et la Communauté métropolitaine de Montréal se sont prononcés contre Énergie Est, affirmant que les risques environnementaux surpassent les bénéfices économiques.

“Si on creuse leur discours, on comprend qu’ils n’aiment simplement pas le pétrole et je ne pense pas que c’est une assez bonne raison pour bloquer un oléoduc qui bénéficiera à tout le pays”, a ajouté M. Wall.

Énergie Est transporterait environ un million de barils de pétrole par jour des raffineries de l’Alberta et de la Saskatchewan jusque dans les provinces maritimes.

De plus, a indiqué Brad Wall, les nouvelles mesures annoncées la semaine dernière, pour évaluer les grands projets énergétiques comme les oléoducs sont déroutantes.

Ottawa a intensifié les processus de révision pour les nouveaux oléoducs. Les projets devront désormais être évalués en fonction des émissions de gaz à effet de serre qu’ils produiront en amont, dans le processus d’extraction et de traitement de tout pétrole transporté.

D’après M. Wall, une évaluation environnementale est essentielle, mais il semble qu’Ottawa traite le secteur de l’énergie différemment des autres industries qui impliquent aussi le transport de biens et de produits chimiques à travers le pays.

“On ne fait pas ça avec les autos. On ne fait pas ça avec les produits chimiques qui traversent librement le pays. C’est un traitement irrégulier et injuste pour le secteur de l’énergie à un moment où ce secteur a besoin d’un allié au gouvernement fédéral”, a-t-il fait valoir.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!