Archives Métro

L’Alliance Transit propose à Québec d’établir une nouvelle cible d’augmentation de l’offre du transport collectif au Québec, soit un accroissement de 32% d’ici 2020.

Pour le regroupement d’organismes environnementaux, sociaux et universitaires qui réclament un meilleur financement pour les réseaux de bus, de trains de banlieue et de métro, cet objectif est élevé, mais «réaliste».

«Il n’y a pas eu d’efforts depuis 2012, a affirmé mercredi la professeure en études urbaines de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Florence Junca-Adenot. Elle faisait référence à la Politique québécoise de transport collectif qui a été adoptée en 2006 et qui fixait comme objectif une augmentation de l’achalandage de 8% et une hausse de 16% de l’offre de service d’ici 2012. «Il y a du rattrapage à faire, a ajouté Mme Junca-Adenot. Les systèmes de transport collectif sont bondés. Comment voulez-vous augmenter l’achalandage si vous n’avez pas une augmentation de l’offre?»

«On ne pourra pas atteindre les objectifs d’augmentation d’achalandage, de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, de diminution de la congestion routière, notamment à Montréal et d’amélioration de la situation économique si on n’augmente pas rapidement l’offre de transport collectif.» -Florence Junca-Adenaut, professeure en études urbaines de l’UQAM et membre de l’Alliance Transit

L’Alliance Transit se garde de dire où les sociétés de transport devraient ajouter du service. Elle précise toutefois que celles-ci doivent avoir les moyens financiers de le faire là où c’est nécessaire. Un nouveau programme d’aide financier doit ainsi être instauré.

«On a le Fonds vert qui sert en grande partie à ces fins-là, avance la professeure de l’UQAM. Il faut savoir comment l’utiliser. Et on a le programme fédéral d’infrastructure qui est sur la table. Alors, il faut avoir une vision d’ensemble.»

Florence Junca-Adenot a insisté sur la nécessité de lier les projets de transport en commun à des cibles mesurables pour valider leur pertinence et leur impact.

Le cabinet du ministre des Transports et de la Mobilité durable a indiqué à Métro que des actions sont en cours pour offrir «une meilleure offre de service aux usagers» en évoquant le projet de loi 76 sur la nouvelle gouvernance du transport en commun dans la région métropolitaine. Il n’a toutefois pas précisé si de nouvelles cibles d’achalandage étaient envisagées.

«Le changement de nom du ministère en dit beaucoup sur l’importance apportée à ce dossier par le gouvernement et nous le démontrons, en temps et lieu», a fait savoir l’attachée de presse du ministre Daoust, Mélissa Turgeon.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!