Christophe Ena Christophe Ena / The Associated Press

TORONTO – L’Ontario tentera cette semaine d’obtenir de ses partenaires de la fédération une entente nationale sur un approvisionnement sécuritaire en eau potable pour tous les Autochtones du pays.

À la veille d’une réunion des premiers ministres et des leaders autochtones, mercredi à Vancouver, la première ministre Kathleen Wynne a indiqué qu’il était inacceptable de voir encore des avis d’ébullition dans des communautés autochtones du nord de l’Ontario, mais aussi d’un peu partout au pays.

À l’heure actuelle, plus de 150 avis d’ébullition ou d’interdiction sont diffusés dans quelque 112 communautés autochtones au Canada; certains de ces avis sont en vigueur depuis plus de 15 ans maintenant — voire près de 20 ans, dans un cas particulier.

Selon Mme Wynne, les gouvernements et les leaders autochtones porteront l’odieux de l’échec s’ils ne peuvent coopérer davantage sur un problème aussi fondamental que l’approvisionnement en eau potable.

Des leaders de communautés autochtones du nord de l’Ontario ont déclaré l’état d’urgence en santé publique, la semaine dernière, et exigé un plan d’intervention détaillé afin d’assurer un approvisionnement sécuritaire en eau potable. Ils déploraient aussi une pénurie de matériel médical de base et une vague de suicides chez les jeunes.

Lors de la rencontre de mercredi, prélude à la conférence fédérale-provinciale des premiers ministres le lendemain, les chefs autochtones seront invités à donner leur point de vue sur la lutte au réchauffement climatique. Mais selon Mme Wynne, les chefs autochtones sont aux prises avec des problèmes beaucoup plus immédiats.

Le ministre ontarien des Affaires autochtones, David Zimmer, soutient que le gouvernement conservateur à Ottawa refusait systématiquement de travailler avec les provinces dans les dossiers touchant les Premières Nations. En fait, ce n’est que l’an dernier qu’Ottawa a accepté de collaborer avec l’Ontario pour trouver des solutions aux problèmes d’eau potable dans les réserves. Selon lui, le nouveau gouvernement libéral à Ottawa se montre toutefois plus ouvert à ces questions.

Le ministre Zimmer trouve complètement absurde de devoir acheminer massivement par avions de l’eau en bouteilles dans des communautés autochtones pourtant situées près de lacs et de rivières — et alors que l’Ontario recèle plus de 20 pour cent des réserves mondiales en eau potable. Selon lui, il suffirait peut-être de se tourner simplement vers de nouvelles technologies de traitement de l’eau, plus faciles à mettre en place.

«Le fédéral avait mis en place des usines d’épuration d’eau il y a 15 ou 20 ans mais elles utilisent des technologies complexes, difficiles à exploiter et qui nécessitent du personnel qualifié», a déploré le ministre.

Les premiers ministres des provinces et territoires tiennent la réunion hivernale du Conseil de la fédération à Vancouver mercredi; ils rencontreront le premier ministre fédéral le lendemain. Justin Trudeau a aussi invité ses homologues à une rencontre avec des dirigeants autochtones mercredi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!