Métro

Selon l’Association québécoise des neuropsychologues (AQNP), les jeunes doctorants en psychologie se tournent rapidement vers le privé pour s’acquitter de la dette qu’ils ont contractée lors de leur année d’internat non rémunérée.

Plus tard aujourd’hui, l’AQNP appuiera publiquement les 700 doctorants en psychologie de cinq universités québécoises qui ont annoncé la semaine dernière le boycott de leurs stages et de leur année d’internat débutant en septembre prochain, a appris Métro.

Les étudiants en psychologie sont les seuls en Amérique du Nord à ne pas être rémunérés pendant leur année d’internat, pourtant obligatoire à l’obtention du diplôme.

«Ils sont endettés en moyenne de 20 000 $ quand ils sortent de leurs études. Ils ont alors le choix entre gagner environ 50 000 $ bruts par an au public ou gagner le double au privé. S’ils étaient moins endettés, ils s’engageraient davantage dans le réseau public», déplore le président de l’AQNP, Dr Simon Charbonneau. À titre d’exemple, il signale que sur une cohorte de diplômés en psychologie, «72% exercent uniquement au privé cinq ans après l’obtention de leur diplôme».

Josiane Jauniaux, présidente de La Fédération interuniversitaire des doctorant.e.s en psychologie du Québec (FIDEP), à l’origine du boycott, est aussi d’avis que la majorité des doctorants, s’ils étaient rémunérés lors de leur année d’internat, travailleraient au moins un an dans le public après l’obtention de leur diplôme.

«Dans nos premières années de doctorat, nous réalisons 700 à 800 heures de stage non rémunérées en milieu professionnel. Pour notre dernière année de formation doctorale, nous sommes internes à temps plein. À ce moment-là, notre niveau d’autonomie est équivalent à celui d’un psychologue à 80%», déplore-t-elle. Pour cette année d’internat, les doctorants n’ont plus accès aux prêts et bourses du gouvernement.

«C’est une faible reconnaissance de nos services de la part du gouvernement. Une personne sur cinq qui consulte un médecin au Québec, c’est en lien avec des symptômes psychologiques», tient à rappeler Mme Jauniaux.

Pénurie de psychologues

Selon Dr Charbonneau, il existe actuellement une criante pénurie de professionnels en psychologie dans le réseau de santé publique au Québec et «cela prive la majeure partie de la population d’avoir accès à des services d’évaluation psychologique, de psychothérapies et de services en neuropsychologie rapidement et gratuitement quand elle en a besoin».

«Les stagiaires et les internes sont une force de travail vitale pour un hôpital dont on ne peut pas se passer. Ils ont déjà des centaines d’heures de pratique derrière la cravate. Ça devient un atout pour le milieu, pour la productivité, pour diminuer les listes d’attente. On souhaite que le gouvernement se range à nos arguments et accepte d’agir dans le sens de nos revendications et de celles des étudiants», ajoute-t-il.

Aujourd’hui, c’est tout le processus d’entrevues pour les accès aux stages et à l’internat que les cliniciens, comme les étudiants, ont décidé de geler. Habituellement, à cette période de l’année, les appariements sont déjà effectués. «Pour nous, le fait d’être aussi fortement appuyés par l’AQNP ça nous donne de l’élan, ça augmente notre crédibilité et ça renforce notre mouvement» conclut, déterminée, la présidente de la FIDEP.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus