FREDERICTON – Un jugement a conclu que l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton avait commis un geste discriminatoire en éliminant son équipe de hockey féminine.

Le document de 105 pages de la Commission du Travail et de l’Emploi, publié mercredi, ordonne à l’établissement universitaire de réintégrer le programme de hockey féminin pour la saison 2017-2018.

La plaignante dans ce dossier, Sylvia Dooley, s’est dite ravie de la décision, même si celle-ci pourrait être portée en appel.

Mme Dooley a dit qu’elle attendait ce jugement depuis huit ans et que de lire une telle décision lui apportait un sentiment indescriptible.

Elle se battait depuis 2009, soit un an après la disparition du programme, pour ravoir une équipe féminine universitaire. À l’époque, dépouillée de son financement, l’équipe avait été rétrogradée au titre de club sportif de compétition.

Mme Dooley, connue sous le nom de Sylvia Bryson lorsqu’elle jouait avec l’équipe, a expliqué que l’élimination de l’équipe était de la discrimination basée sur le sexe.

De son côté, l’université a indiqué que l’offre de certains sports interuniversitaires était basée sur la gestion des fonds et qu’elle n’était pas obligée d’offrir tous les sports. L’établissement a souligné au passage qu’elle n’a aucune équipe masculine de rugby. Elle a oublié de dire qu’elle ne comptait pas sur une équipe féminine de rugby non plus.

Sylvia Dooley ne comprends pas pourquoi les responsables à l’université n’ont jamais réalisé qu’il s’agissait d’un acte discriminatoire.

Dans le jugement, la Commission donne un an à l’université pour réécrire sa politique d’égalité des sexes.

Le directeur du programme des athlètes de l’Université du Nouveau-Brunswick, John Richard, a réagi par communiqué en fin de journée mercredi.

Il a indiqué que l’Université respectait le jugement et qu’elle continuait d’évaluer les différentes options qui s’offrent à elle. Elle souhaite collaborer avec la Commission en toute transparence pour faire le suivi dans ce dossier et donnera une réponse plus complète à cette décision prochainement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!