THE CANADIAN PRESS

EDMONTON – Les funérailles d’État de l’ancien premier ministre conservateur de l’Alberta Don Getty ont été célébrées samedi, à Edmonton, une cérémonie où tous ont reconnu ses qualités d’homme de famille et d’homme d’État.

Environ 600 personnes — dont des membres de la famille, d’anciens collègues, ainsi que la première ministre Rachel Notley — se sont rassemblées à la cathédrale anglicane All Saints pour le saluer une dernière fois.

Natif de Westmount, sur l’île de Montréal, M. Getty est mort la semaine dernière, à l’âge de 82 ans.

Les fils de l’ancien chef politique ont rappelé que leur père avait toujours pris le temps d’assister aux matchs sportifs de ses enfants et qu’il ne manquait jamais les «sacro-saints» soupers de famille du dimanche. M. Getty, qui participait régulièrement aux parties amicales de football dans son voisinage, aimait par-dessus tout sa femme Margaret, ont témoigné ses fils.

L’ancien adjoint et ami de M. Getty, Patrick Delaney, s’est souvenu d’un homme qui traitait tout le monde avec respect, restant toujours équitable dans les négociations malgré son style ferme.

M. Delaney a affirmé qu’il avait perdu un ami cher et que le Canada avait perdu l’un de ses plus «grands champions».

Don Getty, qui a aussi été, dans les années 1950, le quart-arrière étoile des Eskimos d’Edmonton de la Ligue canadienne de football, a agi comme 11e premier ministre de l’Alberta de 1986 à 1992.

M. Getty, qui avait défendu les Accords du lac Meech et de Charlottetown, s’opposait par ailleurs farouchement à toute union économique avec un éventuel Québec souverain.

Il avait également dénoncé le bilinguisme officiel au Canada. Lors d’une visite à Montréal, au début des années 1990, il avait même exigé son abolition.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!